Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




RSF dénonce la détention provisoire depuis 15 mois d'un journaliste algérien


Mardi 18 Novembre 2014 modifié le Mardi 18 Novembre 2014 - 11:35




L'organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans Frontières (RSF) a dénoncé lundi la détention provisoire, depuis 15 mois du journaliste algérien Abdessamii Abdelhaï.

Dans un communiqué publié sur son site internet, RSF exhorte les autorités algériennes à mettre en place un procès juste et équitable pour que ce journaliste détenu sans jugement depuis le 18 août 2013 puisse se défendre.

"Une détention sans jugement de 15 mois viole les droits fondamentaux du journaliste, notamment son droit à la liberté et à un procès équitable. Nous demandons donc aux autorités algériennes de mettre immédiatement en place un procès pour assurer sa défense, dans le cas contraire le journaliste doit être libéré sur le champ", a déclaré la directrice des programmes de Reporters sans frontières Lucie Morillon.

Journaliste à la station régionale de la radio de Tébessa (600 km à l'est d'Alger) et correspondant local du quotidien arabophone "Jaridati", Abdessamii Abdelhaï a entamé, le 5 novembre dernier, une grève de la faim pour protester contre sa détention sans jugement à la prison de Tébessa, relate RSF.

Il est accusé d'avoir facilité la fuite de son directeur de l'époque du journal, Hicham Aboud, indique l'Organisation, faisant savoir que les quatre demandes de liberté provisoire formulées par son avocat ont été toutes rejetées.

Contacté par RSF, Hicham Aboud explique être sorti du territoire algérien le 10 août 2013 de manière légale avec son passeport, expliquant que toute cette affaire est politique et qu'en détenant Abdessamii Abdelhai, les autorités cherchent à l'atteindre et à le "salir".

Abdessamii Abdelhaï avait été arrêté le 18 août 2013 et placé en garde à vue pendant plus de cinq jours selon son avocat, une durée non motivée qui dépasse la période légale de placement en garde à vue de 48 heures, rappelle l'Organisation, notant qu'il aurait subi de mauvais traitements au sein de plusieurs services de sécurité.

Mardi 18 Novembre 2014 - 11:33





Nouveau commentaire :
Twitter