Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Quand la crise libyenne devient une affaire franco-française




Après un long silence, François Hollande n'a pu s'empêcher d'adresser des piques à Nicolas Sarkozy sur la Libye. Sans doute le faisait-il régulièrement en privé, mais c'est la première fois où il charge avec une telle tonalité la décision de démanteler le régime libyen sans avoir pris le soin de préparer l'après, ce qui donne cette impression que la crise libyenne est en train de se transformer aussi en enjeu de politique interne française.

Par Mustapha Tossa




François Hollande n'a pas choisi cet angle d'attaque ni ses circonstances par hasard. Sa démarche semble mûrement réfléchie et ses mots soigneusement choisis. Avec cet argument massue qui risquer de laisser beaucoup de traces :"La question c'est de savoir comment se fait-il qu'après une intervention il y a plus de trois ans et demi il n'y ait eu aucune réflexion sur ce qui devait se passer après". Il l'a lancé à la face des caméras en pleine mobilisation européenne pour trouver une solution à cette spectaculaire et non moins meurtrière vague d'immigration clandestine en provenance de Libye. Avec ce constat qui cache à peine un implacable réquisitoire contre Nicolas Sarkozy : "maintenant, il s'agit de réparer les erreurs d'hier".

La sortie de François Hollande sur la gestion de la crise libyenne de son prédécesseur a été fraîchement accueillie par l'opposition qui ne s'est pas gênée de pointer ses arrières pensées politiciennes et de rappeler que la gauche, qui avait porté François Hollande au pouvoir, avait voté l'intervention de la France en Libye lors d'un débat à l'Assemblée nationale le 12 juillet 2011. Et d'enfoncer le clou en soulignent une vive discourtoisie politique: "Il n’est pas convenable qu’un président de la République en fonction, s’exprimant de surcroît à l’étranger, impute la responsabilité d’une crise internationale à son prédécesseur" est devenu le slogan de la droite pour qualifier le comportement de François Hollande.

La crise libyenne a de fortes chances de continuer de s’imposer dans le débat politique français. La diplomatie française est activement engagée sur le plan international à arracher un consensus onusien pour autoriser des frappes militaires qui visent le démantèlement des réseaux de l'immigration clandestine qui ont fait de la Libye leur plateforme principale. L'opposition à François Hollande aura ainsi l'occasion de jauger de degré de son efficacité et de son engagement à « réparer » les erreurs de son prédécesseur Nicolas Sarkozy.



Samedi 25 Avril 2015 - 18:21



Samedi 25 Avril 2015 modifié le Samedi 25 Avril 2015 - 18:29

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens