Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Présidentielle: le camp Fillon multiplie les attaques contre Macron


Samedi 1 Avril 2017 modifié le Lundi 3 Avril 2017 - 16:03

"Supercherie", "populisme mondain":... François Fillon et ses soutiens ont continué samedi à multiplier les attaques contre Emmanuel Macron, leur cible privilégiée à 22 jours du premier tour d'une élection présidentielle où ils croient encore la victoire possible, malgré les sondages et les affaires.




Présidentielle: le camp Fillon multiplie les attaques contre Macron
Le candidat de la droite, que les sondages donnent actuellement éliminé dès le premier tour avec des intentions de vote oscillant entre 17 et 19 %, a aussi misé sur "un vote de résistance" d'électeurs en quête "d'alternance" pour empêcher un second tour Emmanuel Macron - Marine Le Pen. Il a comparé ses partisans à une "armée de l'ombre qui se lève pour une France libre".

Emmanuel Macron, "c'est une supercherie unique dans l'histoire de la Ve République", a assené à Biguglia (Haute-Corse) François Fillon, devant quelques centaines de supporters qui huaient le nom du candidat d'En Marche !, redoublant leurs rires et leurs sifflets quand leur champion appelait son adversaire d'"Emmanuel Hollande".

L'ex-Premier ministre a également accusé M. Macron de faire "semblant d'être un dissident", alors que son projet est "la continuation" de celui de François Hollande. "Il fait semblant d'être un candidat qui rassemble l'ensemble des Français (...) des anciens communistes jusqu'aux ultra libéraux", a-t-il raillé.

Lors de son meeting en soirée à Ajaccio, M. Fillon a livré de nouvelles attaques. "M. Macron n'a rien du renouveau mais tout de l'Ancien Régime. On a beau vouloir habiller complaisamment sa candidature de quelques plumes de l'Aigle, elle ne réussit pas à quitter la basse-cour socialiste", selon le député LR de Paris.

Dans une allusion au titre "Révolution" du livre de l'ex-ministre de l'Économie, il en a appelé à une "vraie révolution (...) celle du bon sens", qui "renvoie pour toujours aux rayons des accessoires historiques ce pouvoir socialiste qui a échoué".

Samedi 1 Avril 2017 - 21:00





Nouveau commentaire :
Twitter