Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Présidentielle au Portugal: Marcelo Rebelo de Sousa largement en tête


Dimanche 24 Janvier 2016 modifié le Dimanche 24 Janvier 2016 - 22:06

Le grand favori de l'élection présidentielle au Portugal, le candidat conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, est arrivé dimanche largement en tête du scrutin mais n'était pas assuré d'être élu dès le premier tour.




Ce professeur de droit haut en couleurs de 67 ans est crédité de 49 à 55,7% des suffrages, devançant nettement son principal rival, l'indépendant de gauche Antonio Sampaio da Novoa, qui obtiendrait 19,3 à 25% des voix, selon les projections diffusées par les télévisions.

Enjeu clef de ce scrutin, le chef de l'Etat dispose du droit de dissoudre le Parlement, une arme décisive alors que le gouvernement socialiste en place depuis novembre dépend d'une alliance fragile avec la gauche radicale.

Un an et demi après la sortie du pays de son plan de sauvetage international de 78 milliards d'euros, l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement minoritaire soutenu par le Parti communiste et le Bloc de gauche avait suscité des inquiétudes en Europe.

"Je ne serai le président d'aucun parti", avait promis à plusieurs reprises M. Rebelo de Sousa, un spécialiste du droit constitutionnel, s'engageant à être "un arbitre au-dessus de la mêlée".

Populaire au-delà de son camp politique comme commentateur vedette à la télévision, Marcelo Rebelo de Sousa a mené une campagne très personnalisée, sans affiches ni tracts, privilégiant le contact direct avec les électeurs.

"Le professeur Marcelo est un homme politique expérimenté qui inspire confiance", estime Cesario Correia, un retraité de 69 ans, après avoir voté dans un quartier populaire de Lisbonne.

Un avis que ne partage guère José Nascimento, un comptable de 57 ans, qui a choisi une candidate de gauche: "Marcelo fait du spectacle, c'est une personnalité du show biz qui promet tout à tout le monde".
Dimanche 24 Janvier 2016 - 22:02

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter