Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Premier pas vers l'interdiction de la burqa en France


Mardi 11 Mai 2010 modifié le Mardi 11 Mai 2010 - 22:05

Les députés français ont adopté mardi une proposition de résolution UMP sur les pratiques attentatoires aux valeurs de la République, première étape législative en vue de l'interdiction du voile intégral.




Premier pas vers l'interdiction de la burqa en France
Le texte, déposé par le chef de file des députés UMP, Jean-François Copé, a été adopté à l'unanimité des votants. Tous les groupes politiques ont participé au vote, à l'exception de la gauche démocrate et républicaine (GDR, PC et Verts). Seul André Gérin (PC), qui avait présidé la mission d'information sur le port du voile intégral, a participé au scrutin et a voté pour la résolution.

Des mesures de sécurité renforcées avaient été mises en place tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'Assemblée. Des policiers du service de déminage accompagnés de chiens ont effectué en début d'après-midi des passages dans l'hémicycle et les tribunes du public, tandis que les contrôles aux différentes entrées avaient été durcis.

La résolution parlementaire, nouveauté sans valeur contraignante permise par la révision constitutionnelle de juillet 2008, stipule que "les pratiques radicales attentatoires à la dignité et à l'égalité entre les hommes et les femmes, parmi lesquelles le port d'un voile intégral, sont contraires aux valeurs de la République".

"Nous ne pouvons laisser des pratiques radicales bafouer les fondements de notre démocratie. Nous ne pouvons laisser des pratiques extrémistes saper les principes essentiels de notre société. Nous ne pouvons laisser le voile intégral couvrir le visage de notre République", a déclaré le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé.



"RACOLAGE", SELON MELENCHON

Le gouvernement, qui avait mené des consultations politiques sur le sujet, a obtenu un relatif consensus sur la résolution, un texte symbolique, avant la bataille parlementaire sur la loi elle-même, qui s'annonce beaucoup plus âpre.

Le futur projet de loi gouvernemental d'interdiction de la burqa dans tout l'espace public sera présenté le 19 mai en conseil des ministres. Il devrait être examiné début juillet par les députés et début septembre par les sénateurs, l'objectif étant de le voir adopté définitivement à l'automne.

Martine Aubry, reçue mardi matin par François Fillon, a réitéré l'opposition du PS à ce futur projet de loi.
"Nous pensons que l'interdire sur l'ensemble de l'espace public ne sera pas opérant, risque d'être stigmatisant et surtout d'être totalement inefficace car inappliqué et une loi inappliquée, c'est la République qui recule", a-t-elle déclaré.

Le groupe socialiste de l'Assemblée a déposé dans la journée sa propre proposition de loi relative à une interdiction du port du voile intégral limitée à certains lieux publics. "Ce que nous voulons c'est l'efficacité plutôt que l'affichage", a déclaré Jean-Marc Ayrault, le président du groupe PS, lors de son point de presse hebdomadaire. Le Parti de gauche, de Jean-Luc Mélenchon, a déploré dans un communiqué que le PS s'associe à la "mauvaise comédie" d'une résolution "sans autre objet que de faire du racolage".

Marine Le Pen, vice-présidente du Front national, a dénoncé "un nouvel épisode, le plus grotesque peut-être, du feuilleton électoraliste autour du voile intégral." Selon elle, le problème pourrait être résolu "par simple règlement de police".

Mardi 11 Mai 2010 - 21:59

Atlasinfo avec Reuters




Nouveau commentaire :
Twitter