Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Pour Ingrid Betancourt, Sarkozy est "un homme digne d'être président"


Dimanche 9 Octobre 2016 modifié le Lundi 10 Octobre 2016 - 15:36

"Ma survie ne tenait qu'à un fil. Le vent a tourné pour moi en 2007", quand Nicolas Sarkozy a été élu pour cinq ans à l'Élysée, a-t-elle indiqué.




Pour Ingrid Betancourt, Sarkozy est "un homme digne d'être président"
C'est un hommage appuyé. Ingrid Betancourt, Franco-Colombienne ancienne otage des Farc, a apporté son soutien Nicolas Sarkozy qui a contribué à la faire libérer. L'ancien président au « passé extraordinaire » a « devant lui, un futur encore plus grand », a-t-elle déclaré dimanche lors d'un meeting au Zénith.

« C'est un homme digne d'être président », a lancé Ingrid Betancourt devant plus de 6 000 personnes rassemblées au Zénith de Paris, selon les organisateurs, où le candidat à la primaire de la droite pour 2017 devait prendre la parole. « J'étais enchaînée à un arbre au fin fond de la jungle amazonienne. Nous avons entendu la voix de Nicolas Sarkozy, sur une radio rafistolée qui pendait à la branche d'un arbre. J'ai vu la peur se dessiner sur la face de mes geôliers, sous l'effet de la force des paroles d'un jeune président de la République », a assuré l'ex-otage, séquestrée de 2002 à 2008 par la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie.

« Notre jungle, c'est une France sans boussole »

« Ma survie ne tenait qu'à un fil. Le vent a tourné pour moi en 2007 », quand Nicolas Sarkozy a été élu pour cinq ans à l'Élysée. « Ce dont j'ai eu besoin, le peuple de France en a besoin aussi », a-t-elle estimé, évoquant « la menace terroriste dans les rues » de France. « Notre jungle, c'est une France sans boussole, sans espoir, en crise d'identité, sans leader », a également affirmé celle qui vit aujourd'hui entre la France, l'Angleterre et les États-Unis. Et Nicolas Sarkozy, battu en 2012 par le socialiste François Hollande, « il est tombé, il s'est relevé, il a fait des erreurs, il a eu le courage d'apprendre », selon Ingrid Betancourt. Elle avait été, avant son enlèvement, candidate à la présidentielle en Colombie pour le parti écologiste.


AFP
Dimanche 9 Octobre 2016 - 23:04





Nouveau commentaire :
Twitter