Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Plus de 600 espèces animales dont le pélican brun, menacées par la marée noire


Mercredi 5 Mai 2010 modifié le Mercredi 5 Mai 2010 - 14:25

Plus de 600 espèces animales, en particulier le pélican brun et une tortue des mers déjà en danger, sont menacées par la nappe de pétrole qui s'étend dans le golfe du Mexique, après l'explosion d'une plateforme pétrolière exploitée par BP, ont affirmé des experts.




Plus de 600 espèces animales dont le pélican brun, menacées par la marée noire
Les biologistes avaient des craintes particulières, à cette époque de ponte, pour le pélican brun qui risque d'ingérer des poissons contaminés par le pétrole, mais aussi pour le pluvier, le sterne royal et le bécasseau, a déclaré le biologiste Robert Lover.

134 espèces d'oiseaux au total sont menacées, de même que 445 espèces de poissons, 45 mammifères et 32 reptiles et amphibiens --alligators, grenouilles et serpents des mers--, selon les autorités du Département de la vie sauvage et des pêches de Louisiane.

La migration d'une tortue des mers, dite Kemp'Ridley --une espèce déjà très en danger--, qui avait commencé, a été stoppée par la nappe de pétrole. Le grand dauphin, le lamantin et différentes baleines risquent aussi d'être affectés de même que les coyotes, renards et ratons laveurs dont les habitats pourraient être pollués. Enfin, nombre d'espèces de poissons et crustacés dans cette région où l'industrie de la pêche est très développée, sont menacées.

La nappe de pétrole, qui a la taille d'un petit pays (200 km de long, 110 de large), a déjà touché jeudi la presqu'île formée par le delta du Mississippi en Louisiane et menace désormais des dizaines de km de côtes jusqu'à la Floride.

Près de 200 bateaux se trouvent aux abords de la nappe, des dizaines de kilomètres de barrages flottants ont été déployés et près de quatre millions de litres d'eau et de pétrole ont été récupérés.

Depuis 30 ans, les catastrophes se multiplient, alors qu'il suffirait d'investir dans des techniques modernes pour prévenir de tels accidents et surtout éviter de telles implantations dangereuses, en dépendant moins du pétrole grâce aux économies d'énergie et à l'utilisation massive d'énergies douces.

Mercredi 5 Mai 2010 - 14:08

Atlasinfo.fr avec l'AFP




Nouveau commentaire :
Twitter