Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Penelope Fillon affirmait en 2007 n'avoir "jamais été l'assistante" de son mari


Jeudi 2 Février 2017 modifié le Vendredi 3 Février 2017 - 09:49

L'épouse du candidat de droite à la présidentielle François Fillon, soupçonnée d'emplois fictifs, déclarait n'avoir "jamais été l'assistante" de son mari dans un entretien de mai 2007 retrouvé par la chaîne France 2 qui la diffusera jeudi soir.




La journaliste Elise Lucet, présentatrice du magazine d'investigation "Envoyé spécial", a précisé à l'AFP que ces déclarations étaient tirées d'un entretien filmé par l'hebdomadaire britannique Sunday Telegraph à cette époque et dont les rushes ont été récupérés.

"Penelope Fillon se confie dans cet entretien, et déclare plusieurs phrases intéressantes dont une qui a plus que retenu notre attention qui est :+Je n'ai jamais été l'assistante de mon mari+. On est en 2007", a déclaré Elise Lucet à l'AFP.

"On a la certitude qu'elle a été payée pendant quatre ans comme assistante parlementaire de son mari de 1998 à 2002. On sait donc qu'elle a reçu un salaire d'assistante parlementaire de son mari à cette période", a commenté Elise Lucet.

Mme Fillon dit aussi dans ce document ne pas s'être "occupée de communication non plus", selon la même source.

Une enquête a été ouverte en France à la suite de révélations de presse sur des salaires versés à Penelope Fillon en tant qu'assistante parlementaire de son mari puis du suppléant de ce dernier, pour un total de plus de 800.000 euros sur une période allant de 1988 à 2013.

Les enquêteurs cherchent à déterminer si l'épouse de l'ex-Premier ministre a effectivement exercé une activité pendant les années où elle a été rémunérée où il s'agit d'emplois fictifs.

Le candidat de la droite à la présidentielle, très fragilisé par ce scandale, a dénoncé mercredi un "coup d'Etat institutionnel" venant "de la gauche".

Avec AFP
Jeudi 2 Février 2017 - 13:43





Nouveau commentaire :
Twitter