Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Paris ne parachute plus d'armes aux révoltés libyens


Mardi 5 Juillet 2011 modifié le Mardi 5 Juillet 2011 - 12:32

Le ministrede la Défense Gérard Longuet estime que la rébellion peut désormais s'approvisionner auprès de «parties tierces».




Paris ne parachute plus d'armes aux révoltés libyens
Les parachutages d'armes à la rébellion libyenne "ne sont plus nécessaires", a affirmé mardi le ministre de la Défense, Gérard Longuet, qui a estimé d'autre part que "l'impatience" des insurgés à fondre sur Tripoli devait compter avec un "principe de réalité".

En Libye "émerge une organisation politique distincte de celle de Tripoli. C'est la raison pour laquelle les parachutages ne sont plus nécessaires - ils l'ont été il y a plusieurs semaines de cela - parce que des territoires organisent leur autonomie" qui leur permet de s'approvisionner auprès de parties tierces, a-t-il dit lors d'une rencontre avec quelques journalistes.

"Cette autonomie leur permet d'établir des relations avec des partenaires extérieurs, y compris lorsqu'il s'agit de s'équiper en auto-défense. Mais cela, ce n'est pas l'affaire de la coalition et ce n'est pas l'affaire de la résolution 1973", a précisé le ministre.

Principe de réalité

Interrogé sur la crédibilité d'une offensive sur Tripoli annoncée pour bientôt par la rébellion, M. Longuet a jugé qu'il y avait "d'une façon constante et croissante, capacité d'une organisation militaire et politique" de la rébellion. "Nous ne sommes pas aujourd'hui dans un système stabilisé, centralisé, obéissant dans toutes ses implications sur le terrain à une autorité unique", a-t-il toutefois relevé.

"Il y a une impatience du CNT mais cette impatience doit être confrontée à un principe de réalité", a-t-il jugé.

Paris avait reconnu fin juin avoir livré des armes individuelles, "fusils-mitrailleurs, lance-roquettes", aux rebelles libyens. Cette décision a suscité les réserves de pays alliés de la France, comme la Grande-Bretagne, et une verte opposition de la Russie pour qui les résolutions de l'ONU sur la Libye sont "interprétées n'importe comment".

Mardi 5 Juillet 2011 - 12:26

(Avec agences)




Nouveau commentaire :
Twitter