Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




PJD: un périlleux baptême du pouvoir


Par Nicolas Marmié





A.Benkirane
A.Benkirane
Cela s’appelle une prophétie auto-réalisatrice. Murés dans des comportements qui confinaient à l’autisme, les partis politiques historiques marocains payent aujourd’hui le prix fort en s’inclinant devant les islamistes du Parti de la Justice et du développement. A l’issue d’un scrutin dont l’ensemble des observateurs ont salué la sincérité et la transparence, le PJD d’Abelilah Benkirane s’offre une brillante percée électorale qui le conduit aujourd’hui aux portes de la Primature. Avec la conquête de près d’un quart des 395 sièges d’un parlement jusque-là très éclaté. Quelles que soient l’issue des tractations pour former dans les prochaines semaines une coalition gouvernementale, l’essentiel de l’exécutif sera dans les mains du "Parti de la Lumière ».

Des décennies de corruption, de népotisme et de clientélisme ont donc eu raison de la crédibilité de la classe politique traditionnelle. Des partis sclérosés qui n‘ont pas su saisir la perche tendue par la réforme constitutionnelle initiée par le roi Mohammed VI.

Les images télévisées des visages victorieux des cadres du PJD ont fait le tour du monde. Et posent cette question: quel avenir pour un Maroc gouverné par les islamistes ? Benkirane, s’exprimant dans son français rocailleux, se veut rassurant: "Le religieux est du ressort du roi (..) Si je viens au gouvernement ce ne sera pas pour décider du nombre de centimètres des jupes des demoiselles". Le chef du PJD ne jure que par la réforme de deux notions: "la démocratie et la gouvernance".
Depuis des années déjà, le PJD a multiplié les gages d’allégeance au roi, qui reste l’arbitre suprême de l’exécutif et qui est constitutionnellement « Commandeur des croyants ». C’est le roi Mohammed VI qui, selon la nouvelle Constitution, devra choisir le Premier ministre dans les rangs du PJD.

L’autre limite aux velléités réformatrice du PJD est la nécessité de composer un gouvernement de coalition. Avec des partenaires comme les nationalistes de l’Istiqlal ou même les socialistes de l’USFP, le PJD devra s’accommoder des exigences de ces poids lourds historiques rompus aux manœuvres de l’exercice gouvernemental. Mais, n’en doutons pas, cet islamisme « soft » promis par le PJD va marquer un tournant de la vie politique du royaume.

Le PJD, dans la "bonne gouvernance" qu’il promet, devra enfin composer avec les abstentionnistes. Et, en cas de difficultés économiques et sociales majeures, le PJD, comme tout parti gouvernemental, paiera directement le prix de son échec. Au delà de l’enceinte feutrée du Parlement, l’opposition sera aussi incarnée par le Mouvement du 20 février qui, de l’extrême gauche à l’islamisme radical d‘Al Adl Wal Ihsane, agglomère les mécontentements, voire l’exaspération, d’une frange de la population lassée de promesses non tenues. Sous l'oeil vigilant du Palais royal et de la rue, le PJD s’engage donc sur un périlleux baptême du pouvoir.

Dimanche 27 Novembre 2011 - 21:40



Dimanche 27 Novembre 2011 modifié le Dimanche 27 Novembre 2011 - 21:51

Nouveau commentaire :
Twitter

France | Maghreb | Atlas Eco | Société | Sport | Culture & Médias | International | Religion | Environnement | Opinion | Décryptages | Informations légales | Sience & Santé | Lu dans la presse | Fil direct | Les indiscrets | Atlas des livres | Opinions | Entretiens