Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




ONU-Syrie : "nous sommes bloqués" (Juppé)


Mardi 31 Janvier 2012 modifié le Mardi 31 Janvier 2012 - 12:00

"Ce qui se passe en Syrie est un véritable scandale (...). La boucherie continue (...), ce n'est pas acceptable", a estimé sur Europe 1 mardi Alain Juppé
Alain Juppé, qui se rend mardi aux Nations unies à New York, s'est dit réservé sur les chances de convaincre le Conseil de sécurité de voter une résolution réclamant une transition politique en Syrie.




Le texte, soutenu par la Ligue arabe, devrait notamment se heurter à l'opposition de la Russie, a prédit le ministre français des Affaires étrangères, alors qu'en Syrie, la répression brutale des manifestations hostiles au régime de Bachar al Assad se poursuit.

"Je n'en suis pas sûr, hélas", a répondu le ministre, interrogé à la radio Europe 1 sur l'éventualité que le Conseil de sécurité se prononce sur la répression sévissant en Syrie depuis près d'un an et qui a fait plus de 5.400 morts.

Le projet de résolution qui est sur la table, jugé "inacceptable" par Moscou, reprend les grandes lignes d'un plan de la Ligue arabe incluant la fin des violences et le transfert des pouvoirs du président Bachar al-Assad à son vice-président avant l'ouverture de négociations avec l'opposition.

Au Conseil de sécurité, "nous sommes bloqués par un certain nombre de pays et principalement par la Russie qui fait opposition à toute résolution", a rappelé Alain Juppé. "On va essayer" d'échapper au veto de Moscou, a-t-il ajouté. "Si je vais à New York avec tous nos alliés, avec les pays arabes, c'est pour faire la pression maximum pour qu'on arrête cette violence et ce massacre", a-t-il dit.

Le ministre français a une nouvelle fois écarté l'idée d'une intervention militaire internationale en Syrie car, a-t-il expliqué, à la différence de la Libye, "vous (y) avez des communautés qui sont antagonistes". "Toute intervention extérieure pourrait amener une guerre civile", a précisé Alain Juppé.

Le chef de la diplomatie a enfin assuré que la France et la Grande-Bretagne n'avaient pas envoyé de commandos de forces spéciales dans la région, et que Paris ne fournissait pas d'armes à la rébellion syrienne. "Absolument pas", a-t-il répondu sur ces deux sujets.

Mardi 31 Janvier 2012 - 09:32





Nouveau commentaire :
Twitter