Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Nouveaux projets d'exploitation du pétrole en Ile-de-France


Jeudi 13 Mai 2010 modifié le Jeudi 13 Mai 2010 - 15:07

Sur Europe 1, avec Aymeric Caron, Brigitte Béjean consacre la chronique environnement du jour à l'exploitation pétrolière parisienne.




Nouveaux projets d'exploitation du pétrole en Ile-de-France
Nouveaux projets d'exploitation du pétrole en Ile-de-France
Cela fait très longtemps qu'il y a de l'exploitation pétrolière en Ile-de-France. Mais les forages classiques périclitent, depuis une trentaine d'années. Plusieurs entreprises arrivent avec des projets d'exploitation de pétrole non conventionnel. Il s'agit exactement du même pétrole sauf qu'au lieu d'être dans des réservoirs souterrains, où il n'y a qu'à forer et se servir, là, le pétrole est encore mêlé à la roche. C'est donc l'extraction de ce pétrole qui ne sera pas conventionnelle.

Première étape : on creuse un puits, vertical, qui descendra à 2.000 voire 3.000 mètres. Ensuite, au fond, on va se mettre à creuser horizontalement sur plusieurs centaines de mètres, voire jusqu'à 2 kilomètres et on va créer là une sorte de tuyau dans la roche, un forage horizontal de 15 cm de diamètre, un drain, en fait. Dernière étape : on envoie de l'eau et du sable sous pression dans la roche, ça crée des micro-fissures, tout un réseau de micro-fissures dans la roche, ce qui libère le pétrole, qui se met à couler, et on n'a plus qu'à récupérer dans le drain.

Outre que c'est encore une énergie fossile, non renouvelable, et émettrice de gaz à effet de serre, cette action pose quelques questions. Combien d'eau sous pression, d'où viendra-t-elle, où ira-t-elle ? L'entreprise Toréador, qui est prête à forer six puits, explique qu'elle utilisera 2.000 à 3.000 mètres cubes par puits, et que l'eau, venant des réseaux communaux, sera ensuite réinjectée en profondeur. Il y aurait très peu de produits chimiques, des surfactants, des mouillants, produits biodégradables, dit l'entreprise.

Des risques avec les fissures ? Non, semble-t-il, car les fissures seront très petites, et très profondes, concentrées autour du drain. Aux Etats Unis, cette technique est déjà exploitée depuis une quinzaine d'années. En France, voilà que les demandes d'exploitation affluent.

Toréador, associé à un pétrolier américain, qui pourrait investir plus de 90 millions d'euros. Le vice- président n'est autre que le demi-frère de Patrick Balkany. Les forages, entre Seine-et-Marne et Aisne, doivent commencer en décembre.




Source: Europe1.fr, Crédit photo: MAXPPP
Jeudi 13 Mai 2010 - 15:04

Source Europe 1




Nouveau commentaire :
Twitter