Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




"Notre ami Bouteflika": Algérie, Absurdistan...


Mardi 13 Juillet 2010 modifié le Mardi 13 Juillet 2010 - 12:16

L’hebdomadaire satirique « Bakchich » consacre un dossier au dernier livre « Notre ami Bouteflika »* dont il publie les bonnes feuilles.




"Notre ami Bouteflika": Algérie, Absurdistan...
« L’ouvrage collectif Notre ami Bouteflika, de l’État rêvé à l’État scélérat, écrit sous la direction du journaliste Mohamed Benchicou, emprisonné pendant deux ans, décrit une Algérie en pleine régression où Bouteflika, après plus de dix ans de règne, contrôle tout", écrit bakchich.

"Dix ans de règne, ça se fête. Pour marquer le coup, en avril 2009, Abdelaziz Bouteflika entame un troisième mandat présidentiel.Il modifie, au passage, la Constitution et procède à l’émasculation du pays. Une longue transformation en un Absurdistan où tout n’est que luxe, calme et avidité", poursuit bakchich pour qui " L’Algérie pointe aujourd’hui à la 111e place (sur 180) des pays les plus corrompus, selon l’ONG Transparency".

Selon la version paipier du site, "Bouref, frustré de ne pas avoir accédé au pouvoir dès 1979, quand il s’estimait à même de succéder à Houari Boumédiène, il savoure sa revanche. Contre ces autres généraux d’Alger, putschistes post-coloniaux qui tiennent encore une partie du pouvoir. Contre les Algériens, ce peuple qu’il n’a jamais respecté et qui fuit le pays. Contre les milieux d’affaires, qu’il a confisqués au profit de ses proches".

"Même malade, même acculé, ce « civil à l’âme militaire » continue à vouloir tout diriger dans un pays qui ne cesse de reculer. À dessein. Comme les contre-révolutionnaires qui résumèrent leur programme à une date, 1788, Bouteflika veut revenir à 1988", écrit-il, avoant d'ajouter qu'" Avant le soulèvement d’octobre qui brisa l’hégémonie du parti unique, le FLN, et du parti d’État. Avant que le peuple essaie de se réapproprier le pays, que le pouvoir soit partagé et la liberté de la presse consacrée".

"Un réquisitoire implacable, Notre ami Bouteflika, de l’État rêvé à l’État scélérat, taillade ce constat. Un ouvrage placé sous la férule de Mohamed Benchicou, journaliste fort énervé : deux ans de prison, ça agace. Surtout quand le fallacieux prétexte d’« infraction régissant le contrôle des changes et les mouvements des capitaux » sanctionne la sortie d’un précédent brûlot contre Boutef ’, Une imposture algérienne (2004).", note-t-il.

"Notre ami Bouteflika", EDITIONS RIVENEUVE
Mardi 13 Juillet 2010 - 12:02





Nouveau commentaire :
Twitter