Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Nigeria/Présidentielle: Buhari donné vainqueur


Lundi 30 Mars 2015 modifié le Lundi 30 Mars 2015 - 23:03

Les Nigérians, qui ont massivement voté ce week-end, retenaient leur souffle lundi, la tension allant crescendo alors que les premiers résultats partiels de la présidentielle, publiés au compte-goutte, donnaient le président sortant Goodluck Jonathan et son principal rival Muhammadu Buhari au coude-à-coude.




Selon les premiers résultats dans huit des 36 Etats nigérians et dans la capitale fédérale, annoncés lundi après-midi par des délégués de la Commission électorale indépendante (Inec), M. Buhari est pour l'instant donné vainqueur dans cinq Etats, M. Jonathan remportant le scrutin dans trois autres et dans la capitale fédérale.

M. Jonathan bénéficie cependant d'une légère avance en nombre de suffrages exprimés --moins de 20.000 voix pour l'instant. D'autres résultats devaient être annoncés plus tard dans la soirée.

Des violences ont commencé à éclater dès dimanche, dans l'Etat pétrolier de Rivers (sud), où le Congrès progressiste (APC) de M. Buhari accusent l'Inec et le Parti démocratique populaire (PDP) de M. Jonathan de fraudes électorales.

Suite à une manifestation de plusieurs milliers de personnes dimanche, 2.000 militantes de l'APC, réunies lundi matin devant l'Inec à Port-Harcourt, la capitale de Rivers, pour réclamer la tenue de nouvelles élections, ont été dispersées à coup de gaz lacrymogène.

Les marches de protestations se sont poursuivies tout au long de la journée de lundi, jusqu'à l'instauration d'un couvre-feu pour la nuit.

Le président de l'Inec, Attahiru Jega a promis qu'il examinerait toutes les plaintes, poursuivant son objectif de mener à son terme un scrutin "libre, juste et crédible, dans le calme".

Des violences sont redoutées à l'annonce des résultats, comme lors de la présidentielle de 2011 où près d'un millier de personnes avaient été tuées.

A Kaduna, grande ville du centre du Nigeria submergée par les violences entre chrétiens et musulmans en 2011, "les gens ont peur", confie une commerçante, Elizabeth Anthony. A l'époque, plusieurs centaines de chrétiens avaient été tués après que le candidat musulman, l'ex-général Muhammadu Buhari, avait été déclaré perdant face au chrétien Goodluck Jonathan.

"Si le président Jonathan est déclaré vainqueur, et non le général Buhari (...) je peux vous dire que Kaduna va s'embraser", a prévenu lundi Awwal Abdullahi Aliyu, le président de l'Union pour l'unité du peuple du Nord et la réconciliation.
Lundi 30 Mars 2015 - 22:49

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter