Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Nicolas Sarkozy rencontre des obstacles imprévus (France-Soir)


Vendredi 15 Octobre 2010 modifié le Vendredi 15 Octobre 2010 - 10:28

Des manifestations de lycéens, des risques d’incidents, la crainte de la pénurie d’essence : pour le Président, tout se complique.




Nicolas Sarkozy rencontre des obstacles imprévus (France-Soir)
Pour Nicolas Sarkozy, c’est le pire des scénarios. Ayant fait pendant près d’un mois, à l’heure des manifestations à répétition, le gros dos, le chef de l’Etat espérait, il y a encore trois ou quatre jours, que la réforme des retraites – censée être la pierre angulaire de son quinquennat – allait être finalement votée au Sénat la semaine prochaine sans trop de turbulences supplémentaires, par conviction ou par résignation. Et qu’on pourrait ainsi passer à… autre chose. Par exemple à la grande réforme de la fiscalité, soudain surgie des cartons.

Or patatras !… Rien n’est simple, tout se complique.

Avant même de défiler à nouveau dans la rue samedi comme prévu, les syndicats, unis et poussés par leur « base », ont décidé une nouvelle journée de manifestations. Sa date : mardi prochain, soit la veille du jour où, sauf imprévu, les sénateurs seront invités à voter la réforme Woerth. A l’horizon immédiat, donc : manif samedi, manif mardi.

Les lycéens – et aussi les étudiants – multiplient les cortèges et les opérations coup de poing. Entrés tard dans la… « bagarre », eux ne sont pas essoufflés. Complication, illustrée par la journée de jeudi : ils sont, comme leurs aînés, imprévisibles, rebelles et parfois violents. A tout moment, comme on l’a vu jeudi notamment à Montreuil (Seine-Saint-Denis), où un jeune a reçu un tir de Flash-Ball dans l’œil, le risque d’incidents violents existe – et même de vrais dérapages – avec des forces de l’ordre, elles-mêmes fréquemment harcelées.

Le blocage des raffineries pourrait amener plus vite qu’on ne le dit, sur l’élan actuel, une fermeture de nombreuses stations-service. Car les automobilistes, qui craignent la pénurie d’essence et se ruent donc sur les pompes, n’écoutent pas les appels au sang-froid qu’on leur administre.

Pour couronner le tout, alors que la situation économique et sociale de la France aujourd’hui n’a pourtant strictement rien à voir avec celle de Mai 68 et que l’histoire n’est jamais la copie du passé, le trotskiste Olivier Besancenot en appelle à… un « nouveau Mai 68 ».

Pour Nicolas Sarkozy, la situation est extrêmement délicate. Car ce qui coagule les manifestants de toutes origines et de toutes générations, ce sont, semble-t-il, deux données sur lesquelles, par définition, le Président n’a guère de prise : la peur de l’avenir et… l’anti-sarkosysme. Sans compter que, dans la phase actuelle, la passion prend le pas sur la raison.

Vendredi 15 Octobre 2010 - 10:21

Par Dominique de Montvalon




Nouveau commentaire :
Twitter