Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Mustapha El Khalfi : "La persistance de qualifier de zone militaire la province d'Al-Hoceima n'a aucune base juridique"


Jeudi 25 Mai 2017 modifié le Vendredi 26 Mai 2017 - 13:35

Le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole officiel du gouvernement, Mustapha El Khalfi, a affirmé jeudi que la persistance de qualifier de "zone militaire" la province d'Al-Hoceima n'est fondée sur aucune base juridique.




Mustapha El Khalfi : "La persistance de qualifier de zone militaire la province d'Al-Hoceima n'a aucune base juridique"
Le gouvernement a exprimé sa position claire vis-à-vis de la question de militarisation et du Dahir publié dans le Bulletin officiel du 24 novembre 1958 et sa duplication dans un second Dahir, promulgué en décembre 1959 relatif au découpage administratif portant sur 16 provinces, y compris celle d'Al-Hoceima, en plus de la préfecture du Rif et pourtant, l'on persiste toujours à véhiculer que la province d'Al-Hoceima est une zone militaire, a indiqué M. El Khalfi, lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion hebdomadaire à Rabat du Conseil de gouvernement.

"Ce sujet est clos. D'ailleurs ceci a été confirmé par le président du Conseil national des droits de l'Homme, dans deux émissions de télévision, par le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la Société civile, porte-parole officiel du gouvernement, dans l'une des chaînes nationales, et par le ministre de l'Intérieur, lui-même, lors de sa visite dans la région", a souligné M. El Khalfi.

Le chef du gouvernement a affirmé que l'accélération de la promulgation des décrets restants en ce qui concerne les lois relatives aux collectivités territoriales que ce soient les régions, les préfectures ou les collectivités locales, constitue l'une des procédures urgentes, ajoutant que l'action se poursuit au niveau des différentes régions, tout en appelant les ministres à s'y rendre pour suivre de près et constater de visu les projets, non seulement dans la province d'Al-Hoceima, mais à l'échelle nationale.

"Il s'agit d'une responsabilité et nous en sommes concernés en tant que gouvernement", a-t-il signalé, précisant que "Nous sommes devant la nécessité d'assumer la responsabilité de clarifier, de communiquer et d'être à l'écoute (…)".

Atlasinfo (avec MAP)
Jeudi 25 Mai 2017 - 22:01





Nouveau commentaire :
Twitter