Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Maroc: procès d'un cheikh salafiste pour avoir accusé d'apostasie un responsable politique


Mercredi 29 Janvier 2014 modifié le Mercredi 29 Janvier 2014 - 23:52




Driss lachgar
Driss lachgar
Le cheikh salafiste marocain Abdelhamid Abounaïm a comparu mercredi devant un tribunal de Casablanca pour avoir accusé "d'apostasie" un le chef de l'Union socialiste des forces populaires (USFP, opposition), Driss Lachgar. ayant appelé à interdire la polygamie.

M. Abounaïm, 58 ans, est poursuivi pour "atteinte à un corps constitué" et "diffamation". La première audience n'a duré que quelques minutes et le procès a été reporté au 5 février pour permettre à la défense de préparer sa plaidoirie.

Le prévenu avait diffusé le mois dernier une vidéo accusant "d'apostasie" Driss Lachgar. Ce dernier avait appelé à interdire la polygamie et à ouvrir un débat sur la part d'héritage des femmes, de moitié inférieure à celle des hommes.

A la suite de l'ouverture d'une enquête, au début du mois, le cheikh salafiste a été entendu par la police judiciaire de Casablanca.

Cette polémique a entraîné un vif débat au Maroc sur une criminalisation des accusations d'apostasie. Une proposition de loi a ainsi été déposée, selon la presse marocaine, au Parlement par le parti Authenticité et modernité (PAM, opposition) afin de "criminaliser l'excommunication", tandis que d'autres voix salafistes ont à l'inverse appelé à pénaliser "l'athéisme".

Le Maroc a adopté une nouvelle Constitution à l'été 2011 qui spécifie que "l'islam est la religion de l'État, qui garantit à tous le libre exercice des cultes".

Mercredi 29 Janvier 2014 - 20:41





Nouveau commentaire :
Twitter