Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maroc: le roi grâcie 190 personnes, dont des prisonniers politiques


Jeudi 14 Avril 2011 modifié le Jeudi 14 Avril 2011 - 18:03




Maroc: le roi grâcie 190 personnes, dont des prisonniers politiques
Le roi Mohammed VI a grâcié jeudi 190 détenus dont des prisonniers politiques islamistes, en réponse à un mémorandum qui lui a été soumis par le Conseil national des droits de l'homme (CNDH), récemment istallé.

Cette grâce concerne notamment six islamistes réputés modérés, dont Mustapha Moâtassim, chef du parti Al Badil Al Hadari (Alternative civilisationnelle) dissout par décret gouvernemental en février 2008.

Ils ont été condamnés dans le cadre du dossier du Belgo-Marocain Abdelkader Belliraj, accusé d'avoir dirigé un réseau extrémiste présumé de 35 membres et condamné à perpétuité en juillet 2010.

Seuls 96 des 190 concernés par la grâce royale seront libérés "dans l'immédiat. Les autres, pour la plupart des prisonniers de droit commun, ont vu leurs peines diminuer substantiellement", selon une source du ministère de la Justice marocain.

Parmi les personnes grâciées figure le militant associatif Chakib El-Khyari, condamné en février 2009 à trois ans de prison ferme, et près de 14 islamistes salafistes, parmi lesquels deux cheikhs, Ahmed Fizazi et Abdelkrim Chadli, figurent également dans la liste des personnes grâciées.

Le Français Pierre Robert, accusé d'avoir commandité les attentats de Casablanca en mai 2003 et condamné à perpétuité en septembre de la même année, n'a pas bénéficié de la grâce royale.

Le 16 mai 2003, cinq attaques-suicide quasi simultanées avaient fait 45 morts, dont 12 kamikazes, et des dizaines de blessés à Casablanca.

"Le cas de M. Robert est en cours d'examen pour une éventuelle grâce", a déclaré à l'AFP Mohammed Sebbar, secrétaire général du Conseil national des droits de l'homme.

Les 190 détenus qui ont bénéficié de la grâce royale se répartissent comme suit selon un communiqué du conseil national des droits de l'Homme (CNDH):



* grâce sur le reliquat de la peine privative de liberté au profit de 95 détenus.



Les peines prononcées allaient de 6 mois à 30 ans. Les bénéficiaires se répartissent comme suit:

Huit mois: un seul cas.

Une année: un seul cas.

Deux années: 6 cas.

Trois ans: 14 cas.

Quatre ans: 6 cas.

Cinq ans: 13 cas.

Six ans: 3 cas.

Sept ans: Un seul cas.

Huit ans: 34 cas.

Neuf ans: Un seul cas.

Dix ans: 12 cas.

30 ans: 2 cas.



* commutation de la peine de mort en peine à temps au profit de 5 détenus.


Peine après commutation: entre 15 et trente ans.


* commutation de la peine perpétuelle en peine à temps au profit de 37 détenus.



Peines après commutation: entre 15 et 20 ans.

Remise de la peine privative de liberté au profit de 53 détenus.

Les peines après remise vont de 4 à 8 ans et se répartissent comme suit:

4 ans de prison: 8 cas.

5 ans de prison: 28 cas.

8 ans de prison: 17 cas.
Jeudi 14 Avril 2011 - 16:44

Atlasinfo avec agences





1.Posté par lilou le 15/04/2011 19:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je ne suis pas pour la liberation de ces gens qui ont presque tous du sang sur les mains. le royaume est trop indulgent je trouve.

Nouveau commentaire :
Twitter