Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maroc: le roi appelle à "respecter la volonté des électeurs" à l'approche de scrutins


Vendredi 10 Octobre 2014 modifié le Samedi 11 Octobre 2014 - 11:31

Le roi Mohammed VI a exhorté vendredi à "respecter la volonté des électeurs", en ouverture de la session d'automne du Parlement, à moins d'un an des premières échéances électorales depuis les législatives de 2011, alors tenues dans le contexte du Printemps arabe.




Maroc: le roi appelle à "respecter la volonté des électeurs" à l'approche de scrutins
Des scrutins locaux et régionaux sont prévus à la mi-2015, prélude aux élections législatives, l'année suivante, qui verront le patron du parti islamiste Justice et développement (PJD), Abdelilah Benkirane, remettre son poste de chef de gouvernement en jeu.

Ces échéances "doivent constituer un espace de compétition politique entre les programmes (...) et non une arène où se livrent surenchères et luttes politiciennes", a souhaité Mohammed VI, alors que des frictions entre partis ont déjà vu le jour sur les listes électorales notamment.

Des "abus" lors des scrutins existent dans tous les pays, et il revient alors "à la justice et au Conseil constitutionnel de statuer", mais "nous appelons tout le monde à bien préparer ces échéances et à faire preuve d'un patriotisme sincère en respectant la volonté des électeurs", a-t-il enchaîné, devant les deux chambres du Parlement.

Selon le souverain chérifien, "le discours politique ne se hisse pas toujours au niveau des aspirations du citoyen" et "les comportements de certains élus" sont "préjudiciables à eux-mêmes, à leurs partis respectifs et à leur patrie, ainsi qu'à l'action politique".

Soulignant la nécessité de "s'astreindre aux lois et aux règles de déontologie", il a de nouveau appelé à l'adoption d'une "charte éthique de l'action politique".

Quant aux électeurs, ils ont été incités par le roi à se rendre aux urnes, le vote étant à la fois "un droit et un devoir national".

Mohammed VI a par ailleurs évoqué devant le Parlement le "rôle positif" des ONG, "dont nous ne cessons d'encourager les initiatives sérieuses", en tant que "contre-pouvoir". "Force de proposition", elles contribuent "à la critique constructive", a-t-il estimé.


Vendredi 10 Octobre 2014 - 22:01

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter