Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maroc: le président du RNI dément avoir eu des contacts directs ou indirects avec le Chef du gouvernement Benkirane


Mardi 16 Juillet 2013 modifié le Mercredi 17 Juillet 2013 - 21:01




Maroc: le président du RNI dément avoir eu des contacts directs ou indirects avec le Chef du gouvernement Benkirane
Le président du Rassemblement National des Indépendants (RNI), M. Salaheddine Mezouar, a démenti avoir eu des contacts directs ou indirects avec le Chef du gouvernement, M. Abdelillah Benkirane, ni avoir convenu avec lui d'une supposée liste de ministrables au nom du RNI.

Dans une déclaration à la presse, dont copie est parvenue mardi à la MAP, M. Mezouar a qualifié comme étant "dénuées de tout fondement" les informations véhiculées au sujet d'un accord conclu entre lui-même et le Chef de gouvernement au sujet d'une supposée liste de ministrables au nom du RNI, considérant que de "telles informations, publiées par certaines tribunes de presse, sont de purs mensonges et des tentatives de leurrer l'opinion publique, afin de ternir l'image du Parti".

M. Mezouar s'est étonné de cette tentative d'implication du parti dans une crise gouvernementale qui ne le concerne pas, s'interrogeant sur les motivations qui animent ceux qui véhiculent de telles rumeurs, insistant que "les instances décisionnelles du RNI sont seules habilitées à trancher concernant les positions et les décisions du parti et que son président du parti et le porte-parole du Bureau politique sont qualifiés à parler en son nom".

Rappelant que le RNI est doté d'instances décisionnelles et se prévaut de positions constantes, M. Mezouar souligne que tous ce qui sort du cadre de ces instances n'est que tentative d'induire en erreur l'opinion publique dans le but d'altérer l'image du parti et de l'impliquer dans un débat qui ne le concerne pas.

Le président du RNI a affirmé que son parti "n'est pas une roue de secours", réitérant que le parti se prévaut de convictions et d'orientations qui ne saurait renier.

Il a estimé qu'"il est naturel, comme dans toutes les démocraties, que le Chef de gouvernement entame des consultations avec tous les partis, en cas de crise politique ou institutionnelle", ajoutant que "le RNI, en acceptant le principe de ces consultations à l'image des autres partis, ne signifie aucunement son acceptation de participer au gouvernement".

Mardi 16 Juillet 2013 - 18:08





Nouveau commentaire :
Twitter