Maghreb

Maroc : le Roi Mohammed VI nomme les membres du nouveau gouvernement


Mardi 3 Janvier 2012 modifié le Mercredi 4 Janvier 2012 - 23:18



Maroc : le Roi Mohammed VI nomme les membres du nouveau gouvernement
Le Roi Mohammed VI accompagné du Prince-Héritier Moulay El Hassan, a nommé, mardi à la salle du Trône au Palais Royal de Rabat, les membres du nouveau gouvernement.

La liste des ministres :


- Abelilah Benkirane, Premier ministre (PJD)


- Abdellah Baha, ministre d'Etat (PJD)


- Mohand El Ansar, ministre de l'Intérieur. Il est l'actuel secrétaire général du Mouvement Populaire (MP)


- Saad-Eddine El Othmani, ministre des Affaires étrangères (PJD)


- Mustapha Ramid, ministre de la Justice (PJD)


- Ahmed Taoufik, ministre des Habbous et des Affaires islamiques. Il n'appartient à aucun parti et conserve le même portefeuille que dans le gouvernement d'Abbas el Fassi.


- Driss Dahak, secrétaire général du gouvernement. Sans étiquette politique, il bénéficiat déjà, dans le précédent gouvernement du même portefeuille.


- Nizar Baraka, ministre de l'Economie et des Finances (Istiqlal)


- Nabil Benabdellah, ministre de l'Habitat et du Logement social (PPS)


- Mohamed Al Ouafa, ministre de l'Education Nationale (Istiqlal)


- Lahcen Daoudi, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifiques et de la Formation des cadres (PJD)


- Mohamed Ouzzine, ministre de la Jeunesse et des Sports (MP)


- Abdelaziz Rebbah, ministre de l'Equipement et des Transports (PJD).

- Habib Choubani, ministre chargé des Relations avec le parlement (PJD)


- Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication et porte parole du gouvernement (PJD)


- Fouad Douiri, ministre de l'Energie et des Mines (Istiqlal)


- Abdelouhed Sahil, ministre de l'Emploi et de la Formation (PPS)


- Abdelkader Amar, ministre du Commerce de l'Industrie et des Nouvelles technologies (PJD)


- Bassima Hakkaoui, ministre de la Famille et de la Solidarité (PJD). Née en 1960, elle est professeure universitaire en Sciences de l’éducation. Parlementaire depuis 2002, elle est également présidente de la commission des secteurs sociaux au Parlement et membre de la commission maroco-européenne.

- Abdessamad Qayouh, ministre de l'Artisanat (Istiqlal)


- Mohamed Amine Sbahi, ministre de la Culture (PPS)


- Abdellatif Mazouzi, ministre chargé des MRE (Istiqlal)


- Charqi Draiss, ministre délégué auprès de l'Intérieur. Sans étiquette, il était l'ancien directeur général de la Sûreté nationale

- Najib Boulif, ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé des Affaires générales (PJD). Né à Tanger en 1964, titulaire d’une maîtrise dans la gestion des entreprises, et d'une maîtrise dans l’économie de l’université de Dijon en 1985, il est professeur de l’enseignement supérieur à la faculté de droit de Tanger. Il a été élu deux fois au parlement depuis 2002.

- El Housseine El Ouardi, ministre de la Santé (PPS)


- Abdelâdim El Guerrouj, ministre chargé de la Modernisation du secteur public (MP)


- Idriss Azami El Idrissi, ministre délégué après du ministre des Finances chargé du budget (PJD)


- Abdellatif Loudiyi, ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de l'Administration et de la Défense nationale (sans étiquette)


- Abdelaziz Akhannouch, ministre de l'Agriculture et de la Pêche. Il a été reconduit à son poste. Il a récemment quitté le RNI pour pouvoir rejoindre le gouvernement.


- Lahcen Hadad, ministre du Tourisme (MP)

- Youssef Amrani, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération (sans étiquette). Il est l'actuel Secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée.

A cette occasion, les membres du gouvernement nouvellement nommés ont prêté serment devant le Roi.

Maroc : le Roi Mohammed VI nomme les membres du nouveau gouvernement
Arrivé en tête avec 107 sièges aux élections du 25 novembre, le parti islamiste modéré dirigera notamment les Affaires étrangères (Saad Eddine El Othmani) et la Justice (Mustafa Ramid).

L'important ministère de l'Intérieur lui a toutefois échappé au profit de Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire (libéral, 32 sièges au parlement).

Le nouveau gouvernement ne compte en revanche qu'une seule femme: Bassima Hakkaoui (PJD), ministre ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social.

Comme la Défense, deux autres départements n'ont pas changé de ministres: les affaires islamiques (Ahmed Taoufiq), et le ministère de l'Agriculture (Aziz Akhennouch).


Mardi 3 Janvier 2012 - 15:14

Par Atlasinfo.fr


Notez

           


1.Posté par Nadia le 03/01/2012 22:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut souhaiter à toute cette équipe une bonne chance! En tout cas c'est un début pour un nouveau Maroc, un Maroc de justice et de progrés.

2.Posté par Hamid123 le 03/01/2012 22:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'espère que ce nouveau gouvernement améliore les conditions de vie du citoyen marocain et bat le chômage qui est l'ennemi 1 de la croissance. Je fais confiance à Mr Benkirane qui a l'air de quelqu'un d'honnête et que j'ai l'impression est très motivé pour le bon changement du Maroc.

3.Posté par badouUSA le 03/01/2012 22:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Good Luck Benkirane. I hope that god help you. I hope all good for my country. God bless you!

4.Posté par Touria le 03/01/2012 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La liste des ministres est bien longue mais malheureusement il n'y a qu'une seule femme dans ce gouvernement. Est ce que les femmes marocaines sont moins compétentes que les hommes? Non je ne le crois pas, je crois plutôt à une discrimination de la part du PJD!!!!!!!!!!

5.Posté par moh2012 le 03/01/2012 23:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Nous avons besoin de changement au Maroc. Nous les jeunes on a besoin du travail et c'est la priorité de ce gouvernement.

6.Posté par mezrari mahjoub le 04/01/2012 10:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
bonne chance a ce gouvernement , mais il est regretable que la place de la femme est restreinte , je souhaite qu'il y aura un changement dans la
prochaine remaniment . la première chose pour ce gouvernement c'est
d'assinir l'appareil de la justice , car le jour ou un citoyen lambda serait
égale à un une appareil de l'etat , là on dira qu'il ya démocratie et qu'il
ya une justice on dit que la justice est le cancer de la démocratie

bonne vent à Benkirane ....

7.Posté par François BRUNEAU 06 le 04/01/2012 13:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tous mes voeux de réussite au Maroc et aux Marocains et longue vie à SM Mohammed VI.

8.Posté par Farid Mnebhi le 04/01/2012 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Formation du gouvernement marocain : quel bel exemple de démocratie et de démenti cinglant donné aux ennemis du Maroc !
Ce mardi, 03 janvier 2012, et sur proposition du Premier Ministre, Monsieur Benkirane, et conformément à la loi fondamentale du pays, le Roi du Maroc a nommé les membres du nouveau gouvernement marocain qui ont a prêté serment devant Lui. Ce nouveau gouvernement est constitué de 30 départements ministériels. Les nouveaux ministres, dont une femme, ont tous un cursus universitaire éloquent et sont de fins connaisseurs de leur domaine de compétence et incarnent parfaitement la jeunesse ainsi que l’avenir du Maroc.
J’entamerai donc mon papier par une rapide rétrospective des faits pour, ensuite, tenter d’en extraire un commentaire-analyse et une conclusion.
Que de pays, d’organisations, d’associations, d’hommes politiques, d’élus, de journalistes avaient parié sur un naufrage du Maroc à l’instar de ce qui c’est passé en Tunisie, en Egypte, en Libye, au Yémen, en Syrie et, probablement bientôt, Algérie, des pays dirigés par des dictateurs et des clans.
En fait, on peut dire, sans risque d’erreur, qu’ils ont sottement exclu l’hypothèse que le peuple marocain, mature et conscient des enjeux politiques, économiques, sociaux et sécuritaires, choisit toujours la voie de la sagesse et de la raison. C’est pourquoi il a répondu favorablement aux propositions annoncées par le Roi du Maroc.
En effet, il a adopté en premier lieu la nouvelle Constitution à une très large majorité. En second lieu, des législatives, saines, transparentes et saluées par les milliers d’observateurs nationaux et internationaux mais aussi par la communauté internationale, se sont déroulées et ont vu la nette victoire du Parti Justice et Développement (PJD). En troisième lieu, et conformément à la loi fondamentale, le Chef de l’Etat a reçu le leader du PJD, Monsieur Benkirane, pour le nommer premier ministre et le charger de former le nouveau gouvernement.
Une responsabilité assumée avec tact par Monsieur Benkirane, qui a su diriger les tractations avec les partis politiques susceptibles de former avec son parti une coalition gouvernementale stable, cohérente tout en répondant parfaitement à la feuille de route du souverain et aux attentes du peuple marocain.
En quatrième lieu, l’élection du Président de la Chambre des députés. Celle-ci s‘est déroulée sans embûche, si ce n’est la gaffe monumentale du parti de l’USFP suite à sa mauvaise lecture et son interprétation erronée du règlement intérieur de ladite Chambre, dont il est inutile d’y revenir, car sans intérêt. Il me semble qu’il ait compris son historique erreur, qui fera date dans les annales de l’histoire parlementaire du Maroc et qui deviendra certainement un cas d’école dans les facs de droit. D’ailleurs, Monsieur Ghallab, du PI, a été élu avec une très confortable majorité dès le 1er tour. Et en dernier lieu, l’élection du bureau de la chambre des députés.
Ainsi donc, avec la formation et la prestation de serment du nouveau gouvernement marocain devant le Roi, le Maroc et son peuple vient d’achever d’écrire une page historique et d’apporter une réponse cinglante à leurs ennemis.
Il incombe maintenant au gouvernement Benkirane de se mettre rapidement et sérieusement au travail pour que le Maroc puisse encore écrire de nouvelles pages historiques et conforter la démocratie, les libertés individuelles, les droits de l’homme, la justice, le droit des femmes et sa place dans la société marocaine, assurer le bien-être des marocains aux plans du social, de l’accès idoine aux soins de santé, de l’enseignement, de logement, de l’emploi, des infrastructures, mais aussi de défendre avec toute son énergie l’intégrité territoriale et la souveraineté marocaine notamment sur ses provinces sahariennes pour qu’ils puissent continuer à vivre dans la dignité et en toute quiétude.
N’en déplaise aux parties viscéralement hostiles, le Maroc est un pays séculaire avec ses diversités ethnique, tribale, religieuse, linguistique, culturelle dans lequel les marocains s’y reconnaissent et y trouvent leur identité. Le tout étant protégé et garanti par leur Roi, véritable et unique socle de la nation marocaine de Tanger à Lagouira.
Au final, les marocains ont toujours compris qu’il était plus positif de laisser parler et gesticuler les imbéciles, les ignorants et certaines officines à la solde de dictateurs, anciens enfants de la troupe française, protecteurs invétérés de terroristes criminels, et de leur répondre à leur manière par des faits avérés et vérifiables.
Quant à ceux qui ont prédit un basculement du Maroc dans l’intégrisme et l’intolérance religieuse, je leur répondrais tout simplement ceci: vous ne connaissez pas le Maroc, son peuple et ses traditions vielles de plusieurs siècles. Ils ont omis de prendre en considération le fait que le Maroc est l’un des plus vieux Etat-Nation. Sa fondation remonte aux années 780 avec les Idrissides, qui ont lancé les bases de l’organisation d’une Etat constitué qui se considère arabo-berbère, africain et musulman. C’est pourquoi vous vous êtes plantés comme des benêts dans vos analyses puériles, idiotes et incohérentes. Ah ! S’ils pouvaient la fermer un peu cela ferait du bien à tout le monde.
Vos affirmations, ou vos plutôt vos supputations infantiles, des analyses politiques à deux balles qui ont fait rire les oiseaux et les fennecs, ont été balayées d’un revers de main magistral par le nouveau premier Ministre. Ses dernières déclarations, et celles des autres dirigeants du PJD, sur le port vestimentaire, la charia, l’alcool, les droits de la femme, le code de la famille et la place de la femme dans la vie de la société marocaine ainsi que celles adressées à la communauté internationale sont là pour l’attester.
Si pour certains pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient ce sont des sit-in ou la guerre civile qui ont reversé les dictatures, au Maroc c'est un Roi, héritier d'une dynastie séculaire reconnue, respectée et écoutée par le peuple depuis des siècles, personne sacrée, qui conduit son pays vers le développement démocratique. Le peuple marocain lui reconnaît son titre de prince des croyants, de Chef d’Etat et de chef suprême des Forces Armées Royales. Il est également, quoique qu'il puisse arriver, l’unique gardien de l’indépendance du Maroc et de l'identité marocaine dans toutes ses composantes sans exception aucune.
Alors, Mesdames, Messieurs, mégères de quartiers douteux et sordides et oiseaux de mauvaises augures, attelez-vous d’abord à nettoyer devant la porte de vos pays, car il y a beaucoup à faire. Il suffit de lire la presse, notamment les rubriques politiques, sociétés, faits divers et regarder les JT pour ce faire une idée exacte de ce qui se passe dans vos pays. Vous êtes vraiment pathétiques, tristes, laids et lamentables ?
Dans tous les cas le peuple marocain, grâce à son génie, est aujourd’hui en droit d'être fier de la façon dont le processus des réformes et de consolidation démocratiques a été mené sous la conduite sage et éclairée de son Roi et d’avoir apporté la preuve concrète et irréfragable que le Maroc est bien l’exception du monde arabo-musulman et africain, mais aussi de certains pays européens et asiatiques. Telle est ma conclusion.
En vous demandant de bien vouloir publier et diffuser ce papier. Une réponse par courriel à cette demande serait appréciée. Cordialement. Farid Mnebhi.

9.Posté par Fouad B le 07/01/2012 15:36 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelles sont les competences linguistiques de notre ministre des affaires etrangeres ?

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique
1 2 3 4 5 » ... 120


LES PLUS DE LA SEMAINE
Google+
Facebook
Twitter