Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Maroc: la famille de l'étudiant assassiné Benaïssa Aït Ljid s'interroge sur le silence du ministère de la Justice


Dimanche 24 Mars 2013 modifié le Lundi 25 Mars 2013 - 10:14




Benaïssa Aït Ljid
Benaïssa Aït Ljid
Samedi 23 mars au théâtre Al Mansour de Rabat, ils étaient des centaines à réclamer justice pour le crime impuni de l'étudiant assassiné à Fès, Benaïssa Aït Ljid, et à exiger des réponses face au silence des autorités judiciaires, lesquelles ne semblent pas pressées de rouvrir le dossier de cet assassiné politique vieux de 20 ans et non encore entièrement élucidé.

Sous la banderole: «De Benjelloun et Aït Ljid à Choukri Belaid … un seul bourreau et une seule victime», la famille d’Aït Ljid, entourée par celle d’Omar Benjelloun et de la défense de l’opposant tunisien Choukri Belaid, assassiné par des islamistes tunisiens, a une nouvelle fois exigé que toute la lumière soit faite sur ce crime et que les personnes impliquées rendent des comptes, faisant allusion à l'actuel député du Parti de la Justice et du Développement (PJD), Abdelali Hamidine, à l’époque membre actif de la faction estudiantine islamiste «Islah wa Tajdid», branche du parti «Tawhid wal islah», actuel PJD.

Connu pour ses convictions politiques de gauche, Benaïssa Aït Ljid était responsable au sein de la commission transitoire universitaire où étaient représentées toutes les factions historiques de l'Union Nationale des Etudiants du Maroc (UNEM).

Le drame est survenu, le 25 février 1993, à l'issue d'un débats houleux au sein de la faculté de droit entre étudiants gauchistes et islamistes. Un groupe d'étudiants, affiliés à deux factions islamistes, Al AdlWa Al Ihsan (Justice et Bienfaisance) et Al Wahda wa Ttawasoul (Unité et Communication), affiliée à L'islah wa Ttaouhid, futur PJD, interceptent à proximité du campus universitaire Dhar Lmahraz un taxi que deux étudiants de la faction gauchiste, Benaïssa AÏt El Jid et Haddioui El Khemmar, s'apprêtent à prendre. Ils sont alors extirpés du taxi et sauvagement tabassés. Aït El Jid succombera, le 1er mars 1993, à un grave traumatisme crânien. Parmi les assaillants, un certain...Abdelali Hamidine.

La Famille de l'étudiant assassiné, tout comme ses nombreux soutiens, s'interroge sur les raisons du silence observé par le ministre de la Justice et des Libertés publiques, Mustapha Ramid, malgré la plainte transmise aux autorités judiciaires et qui comportait plusieurs noms d'accusés dont celui d'Abdelali Hamidine.

Pour la famille, si la Justice ne semble pas pressée d'appliquer la Constitution qui décrète que "Nul n'est au-dessus de la loi", la Chambre des Représentants doit alors demander au député de s'expliquer sur les accusations proférées à son encontre.

Déjà le 8 mars dernier, de nombreux manifestants lors d'un sit-in à Dhar Lmahraz à Fès (centre du Maroc) ont crié "Halte à l'impunité", réclamé toute la vérité et dénoncé l'injustice faite à la famille et à la mémoire de Benaïssa Aït Ljid.


Dimanche 24 Mars 2013 - 13:05

Par Lila Taleb





1.Posté par Mahdi le 24/03/2013 17:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La justice doit faire son travail et ce dossier doit être réglé. on pensait que le temps de l'impunité est révolu mais voilà que le gouvernement des islamistes refuse de rendre justice parce que l'un des leurs est impliqué dans cette affaire criminelle. BRAVO LE PJD, BRAVO, BENKIRANE ET BRAVO RAMID !!!!!

2.Posté par Kamal le 24/03/2013 17:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Totalement OK. Ait Ljid attend que la justice se prononce dans l'affaire de l'assassinat de leur fils. 20 ans qu'elle attend et que les responsables soient traduits devant la justice , soit pour être blanchis, soit pour être jugés pour le crime commis. cest ça la JUSTICE

3.Posté par Ismane le 24/03/2013 18:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
il faut traduire en justice les personnes supposées impliquées dans ce meurtre. il y a les tribunaux pour décider de leur culpabilité ou pas. Mais il faut rendre justice à cette famille. Je suis avec vous

4.Posté par thurya le 24/03/2013 19:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
justice pour la famille AIT LJID

5.Posté par damya le 25/03/2013 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL faut juger les véritables auteurs mais il faut aussi les arreter d'abord; est-ce que le ministre de la justice est capable d'arreter un député PJD comme lui ? c'est ça la vraie question

Nouveau commentaire :
Twitter