Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maroc: la campagne pour les législatives commence, duel annoncé entre islamistes et libéraux


Samedi 24 Septembre 2016 modifié le Mercredi 28 Septembre 2016 - 13:02

La campagne pour les élections législatives du 7 octobre a débuté samedi au Maroc, où les islamistes à la tête du gouvernement de coalition depuis cinq ans tenteront de conserver la majorité face aux "modernistes".




Le secrétaire général du PAM, Elomari (G) et le chef de gouvernement Benkirane
Le secrétaire général du PAM, Elomari (G) et le chef de gouvernement Benkirane
Pendant près deux semaines, une trentaine de partis politiques vont mener campagne dans le pays et les médias nationaux, en prévision d'un scrutin que le roi Mohammed VI a promis "intègre et transparent" sous la supervision des ministères de l'Intérieur et de la Justice.

Après cinq années aux affaires, à la tête d'une coalition faite de libéraux, de communistes et de conservateurs, le PJD garde une réelle audience dans le pays. Depuis les soulèvements populaires de 2011 qui ont secoué le monde arabe, il reste ainsi la seule formation islamiste encore au pouvoir dans un pays de la région.

Le PJD mettra en avant son bilan économique et social, dans un contexte économique morose, sur le thème de "continuer la réforme", avec toujours en arrière-plan "son référentiel" des valeurs de l'islam.

Son grand rival et principal challenger, le Parti authenticité et modernité (PAM, libéral) d'Ilyas El Omari, défend un projet "moderniste" pour "sauver la patrie", défendre "les libertés et les droits des femmes", sous le slogan "Le changement c'est maintenant!".

Si les sondages sont officiellement interdits depuis des semaines, le scrutin s'annonce d'ores et déjà comme un face à face serré -en forme de "bipolarisation" selon l'expression locale-, entre ces deux poids lourds.

Sur la trentaine de partis participant, huit ont une audience véritablement nationale et peuvent espérer obtenir un groupe parlementaire.

Près de 16 millions d'électeurs sont appelés à voter pour élire leurs 395 députés, à choisir parmi un total de 1.410 listes et 6.992 candidats. En moyenne, il y aura 15 listes pour chacune des 92 circonscriptions du pays, selon le ministère de l'Intérieur. 4.000 observateurs, dont 92 internationaux, ont été accrédités.

Avec AFP
Samedi 24 Septembre 2016 - 23:48





Nouveau commentaire :
Twitter