Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maroc: l'Algérie occulte des réalités objectives pour favoriser le statu quo (communiqué)


Samedi 29 Juin 2013 modifié le Lundi 1 Juillet 2013 - 18:49




Les deux ministres des Affaires étrangères marocain et algérien
Les deux ministres des Affaires étrangères marocain et algérien
L'Algérie occulte des réalités objectives pour favoriser le regrettable statu quo, indique samedi un communiqué du Ministère des affaires étrangères et de la coopération. Le Maroc relève que la réaction du porte-parole du ministère des Affaires Etrangères algérien occulte toute référence au principal motif qui a présidé à la récente mise au point marocaine, à savoir le rejet du principe même d'introduire et de fixer, unilatéralement, des conditions à l'ouverture des frontières terrestres, ajoute la même source, notant que les règles de bon voisinage, l'exigence de coopération et le droit des citoyens à la circulation sont des valeurs internationales qui ne sauraient être conditionnées, de surcroit par des artifices politiques injustifiés.

L'insistance sur la prétendue campagne de dénigrement qui serait menée par des responsables politiques, parlementaires, représentants des médias ou des ONGs est révélatrice de cette approche déphasée, poursuit la même source. Il s'agit là, en fait, du droit garanti à tous, à la liberté d'expression et d'opinion, particulièrement sur les questions fondamentales du pays. Il en est de même du soi-disant "développement de trafics" qui devrait justifier une coopération fructueuse entre les autorités des deux pays, plutôt que sa transformation en condition et préalable. D'autant plus que si griefs il y a sur ces deux points, ils seraient partagés, puisqu'ils concernent des phénomènes qui s'opèrent, également, à partir du territoire algérien, souligne le communiqué.

Plus significatifs encore sont les termes utilisés et la logique préconisée à l'égard du différend régional au sujet du Sahara marocain, relève le communiqué, ajoutant que l'acceptation de découpler les relations bilatérales de l'évolution du dossier du Sahara marocain n'a jamais signifié une obligation pour le Maroc de s'aligner sur la position algérienne, ni d'occulter des éléments objectifs de ce différend régional.

Pour le peuple marocain unanime et l'ensemble de ses forces vives, l'Algérie est bel et bien partie à ce différend artificiel, poursuit le communiqué, précisant que sa responsabilité historique et actuelle, son implication diplomatique, sa mobilisation politique et institutionnelle et sa responsabilité humanitaire sont bien établies à ce sujet. La communauté internationale en est le témoin permanent, les différents rapports du Secrétaire Général de l'ONU le confirment nettement et la dernière résolution du Conseil de Sécurité le précise davantage, relève la même source.

Le découplage agrée signifie, plutôt, que chaque partie peut défendre librement sa position sur ce dossier, tout en uvrant parallèlement à la normalisation des relations de voisinage.

La question du Sahara marocain est une question nationale fondamentale à laquelle est attaché viscéralement l'ensemble du peuple marocain, toutes sensibilités et catégories confondues, contrairement au peuple algérien qui exprime, quant à lui, d'autres attentes, ambitions et préoccupations sur d'autres questions nationales et maghrébines, souligne la même source.

Pour toutes ces considérations, le Royaume du Maroc regrette vivement que l'Algérie voisine passe sous silence toutes ces réalités objectives pour justifier sa volonté manifeste de maintenir artificiellement le regrettable statu quo, par une telle démarche conditionnée, conclut le communiqué.

Samedi 29 Juin 2013 - 19:45






1.Posté par FERHAT le 29/06/2013 20:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le problème en Algerie c' est le manque d' une personne capable de décider une fois pour toute; car les généraux seront toujours là pour tirer le frein a main quand il faut simplement utiliser le frein a pedale. ils doivent modifier cette constitution et mettre en place un président digne de se NOM.

Nouveau commentaire :
Twitter