Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maroc/élections : le roi Mohammed VI souhaite un "parlement fort et un gouvernement efficace"


Vendredi 14 Octobre 2011 modifié le Dimanche 16 Octobre 2011 - 00:40

Le roi Mohammed VI a émis l'espoir que naissent un "parlement fort et un gouvernement efficace", au lendemain des élections législatives anticipées du 25 novembre, vendredi dans un discours devant le parlement marocain.




Maroc/élections : le roi Mohammed VI souhaite un "parlement fort et un gouvernement efficace"
"Nous avons à coeur de voir les nouvelles institutions refléter l'esprit et la lettre de la constitution, et incarner notre ambition collective de voir émerger des instances parlementaires et exécutives efficientes", a déclaré le roi Mohammed VI devant les deux chambres réunies (sénateurs et députés) à l'occasion de l'ouverture de la nouvelle année législative.

Cette session législative sera la plus courte de l'histoire du pays puisqu'elle ne durera que 42 jours, se terminant la veille du scrutin du 25 novembre.

Le souverain a également appelé à la réforme des "structures de l'Etat" ainsi qu'à la réforme de "justice" pour que celle-çi soit "indépendante".

"Le changement profond apporté par la constitution (adoptée par les Marocains le 1er juillet, ndlr) doit se concrétiser à travers le renouveau des institutions", a dit le roi Mohammed VI.

Selon le souverain, "la réforme et la rénovation des structures de l'Etat demeurent l'enjeu institutionnel majeur dont dépendent le progrès et la modernisation de notre pays".

Le roi du Maroc a aussi demandé aux partis politiques d'assumer leur responsabilité en vue des législatives, en les invitant à "présenter des programmes" qui répondent aux aspirations des citoyens.

La nouvelle constitution prévoit un rôle plus important pour le parlement et l'exécutif, notamment le premier ministre qui voit son rôle renforcé.

A ce propos, le roi a appelé l'opposition à jouer "son rôle de contrôle" de l'exécutif. Pour sa part, l'opposition parlementaire est appelée à jouer de manière constructive le rô le qui est le sien en matière de contrôle et d'interpellation".

Le Souverain a également affirmé que le contexte national, régional et international exige que l'on garde à l'esprit les grands défis qui attendent la prochaine législature, au niveau institutionnel et en matière de développement.

"La responsabilité de relever ces défis, en cette nouvelle ère constitutionnelle, incombera principalement au gouvernement et au parlement issus des prochaines législatives, au regard des compétences pleines et entières qui sont désormais les leurs, en matière législative et exécutive", a dit le Souverain qui a ajouté qu'"il appartiendra donc au gouvernement émanant de la majorité de la prochaine chambre des représentants d'élaborer et de mettre en oeuvre un programme ambitieux, déclinant avec rigueur ses priorités, ses objectifs, ses moyens de financement et ses mécanismes d'exécution, d'évaluation et de redressement".

La décision d'avancer d'un an les élections a été prise après l'adoption d'ue constitution révisée, la première du règne de du roi Mohammed VI.

Vendredi 14 Octobre 2011 - 20:03





Nouveau commentaire :
Twitter