Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maroc : confirmation de la chute d'une météorite martienne dans la région de Tata


Mercredi 18 Janvier 2012 modifié le Mercredi 18 Janvier 2012 - 09:43

La météorite, tombée en juillet dernier à proximité du village de Tissint, dans la région de Tata, venait de la planète Mars, a confirmé, mardi à la MAP, le Pr. Hasnaa Chennaoui Aoudjehane, une spécialiste des météorites qui avait dirigé les investigations de terrain.




La météorite martienne ALH84001, au sein de laquelle la NASA a prétendu avoir trouvé des fossiles de microorganismes martiens. Le cube témoin mesure 1 cm de côté.
La météorite martienne ALH84001, au sein de laquelle la NASA a prétendu avoir trouvé des fossiles de microorganismes martiens. Le cube témoin mesure 1 cm de côté.
Cette chute de météorite martienne a un caractère exceptionnel puisqu'elle est la cinquième connue au monde, a précisé la Pr. Chennaoui, qui était à la tête de l'équipe de l'Université Hassan II de Casablanca chargée d'identifier le lieu exact de la chute.

Le plus gros morceau retrouvé est d'un peu moins de deux kilogrammes, alors que les poids des autres ont varié jusqu'à des milligrammes, a-t-elle indiqué par téléphone, précisant que la masse estimée de tous les morceaux serait de huit kg.

Les quatre précédentes chutes observées de météorites martiennes concernent celles de Chassigny (France, 3 octobre 1815), Shergotty (Inde, 25 août 1865), Nakhla (Egypte, 28 juin 1911) et Zagami (Nigéria, 3 octobre 1962).

Les météorites sont des roches extraterrestres venant pour leur majeure partie de la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter. Quelques unes d'entre elles, rares, proviennent de notre satellite, la Lune, ou de la planète Mars.

Le Maroc est l'un des pays les plus riches au monde en termes de trouvailles de météorites. Plusieurs milliers y ont été trouvées et continuent de l'être essentiellement dans la région sud. Tous les types de météorites y sont rencontrés, des plus communes de type chondrite ordinaire aux plus rares de types météorites lunaires ou martiennes.

Les investigations de l'équipe marocaine de la faculté des sciences d'Ain Chock où est installé le laboratoire géosciences appliquées à l'aménagement et l'ingénierie ont permis de tracer la trajectoire du bolide du nord-ouest vers le sud-est et d'en déterminer l'ellipse de chute, a ajouté la spécialiste.

Des nomades de la région de la vallée de Oued Draâ ainsi que quelques habitants de la ville de Tata ont observé la météorite, la nuit du 18 juillet dernier vers 2H, et qui avait d'abord une couleur jaune, puis verte avant de se fracasser en deux parts. Ils ont aussi entendu deux très fortes explosions, a-t-elle rappelé.

Plusieurs personnes ont recherché, durant des semaines, l'objet mais ce n'est que fin octobre que le premier échantillon a été retrouvé.

Sa classification a été réalisée par le Pr. Tony Irving de l'université de Washington (USA) qui a montré qu'il s'agit bien d'une météorite martienne de type Shergottite, a relevé le Pr. Chennaoui.

Plusieurs laboratoires scientifiques internationaux travaillent déjà sur cet échantillon pour en faire une description détaillée et en retirer des informations capitales sur son origine et les implications pour la connaissance de la planète Mars et son histoire.

La météorite de Tissint vient ainsi enrichir la liste des déclarations à la Meteoritical society, effectuées par l'experte internationale marocaine, avec la chute de la météorite de Benguerir, tombée le 22 novembre 2004 à 11H45 dans la zone de Sebt Labrikiine, et celle de Tamdakht, région de Ouarzazate, tombée le 20 décembre 2008 à 22h37.

D'autres échantillons de météorites du Maroc ont également été classifiés et nommés par l'équipe de l'Université de Casablanca en collaboration avec des spécialistes de laboratoires internationaux, notamment celle d'Al Haggounia, dans la région de Laâyoune, dont l'origine exacte a longtemps été ignorée par les scientifiques.

Cette classification, ''une fierté de l'équipe'', permet de donner une nomenclature prestigieuse de lieux marocains à ces objets rares, lesquels ne seraient autrement nommés que par un sigle NWA (North West Africa) suivi d'un chiffre en fonction du nombre de trouvailles déclarées et ce, par le fait du manque d'informations concernant le lieu exact de collecte des échantillons venant de toute la région sud du Maroc.



Mercredi 18 Janvier 2012 - 09:37

Avec MAP





1.Posté par refoisy le 18/01/2012 19:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour.
J'aimerai bien qu'on m'explique comment des météorites peuvent arriver de Mars !
Qu'elles viennent de notre système solaire je comprends, mais d'une autre planète !?

2.Posté par T.Yoan le 18/01/2012 22:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pense que la météorite ne vient pas directement du sol de mars, mais plutôt de son orbite.

"la NASA a prétendu avoir trouvé des fossiles de microorganismes martiens."
Je ne suie pas beaucoup l'actualité mais la preuve d'une vie extraterrestre ne choque personne?

3.Posté par Nicholas Volodimer le 18/01/2012 22:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@refoisy

Les météorites planétaires sont issues de chocs entre un météoroïde et une planète, cette dernière perdant de la matière (ici la météorite martienne) qui orbite dans le système solaire, et parfois se retrouve capturé par l'orbite d'un objet (ici la Terre), la gravité l'attirant inexorablement sur sa surface (ici la chute).

4.Posté par Aadel le 18/01/2012 23:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
A refoisy
Sur près de 24 000 météorites répertoriées, seules 34 d'entre elles sont considérées comme des roches provenant de la planète Mars pour un poids total de moins de 50 kg. Ces météorites martiennes sont des roches âgées d'environ 1,3 milliards d'années ou moins ce qui les distingue des autres météorites qui ont pour origine les astéroïdes et dont l'âge est de 4,5 milliards d'années. Cette observation constituait un premier indice, mais c'est au début des années quatre-vingt que Donald Bogard et Pratt Johnson, de la N.A.S.A., ont analysé les minuscules bulles de gaz emprisonnées dans les minéraux vitrifiés de plusieurs de ces météorites (cette vitrification aurait eu lieu lors de collisions de comètes et d'astéroïdes avec les roches de la surface de Mars). Et là quelle ne fut pas leur surprise ! Les bulles de gaz contenues dans ces météorites avaient la même composition chimique et isotopique, à un milliardième près, que l'atmosphère martienne analysée par les sondes Viking dans les années soixante-dix. De là comment ne pas admettre que ces météorites proviennent de Mars ?

5.Posté par refoisy le 19/01/2012 16:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour vos explications.
Je n'imaginais pas que c'était possible.

Nouveau commentaire :
Twitter