Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Maroc Telecom inscrit la contribution à la lutte contre les changements climatiques


Lundi 21 Novembre 2016 modifié le Mercredi 23 Novembre 2016 - 08:29

Le Groupe Maroc Telecom a inscrit la contribution à la lutte contre les changements climatiques et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) parmi les objectifs de sa politique environnementale.




Selon des données révélées à Marrakech, à l’occasion d’une visite de terrain effectuée par des journalistes au Cyber Parc Arsat Moulay Abdeslam dans le cadre de la COP22, Maroc Telecom a pris des mesures pour optimiser sa consommation d'énergie électrique dans les bâtiments administratifs, dans les agences commerciales et dans les centres techniques, en recourant à des solutions efficaces et innovantes et en s’appuyant sur des technologies de pointe.

Cette société de télécommunication recourt aux énergies renouvelables depuis de très nombreuses années, notamment l’énergie solaire, pour alimenter les réseaux de transmission dans les zones non électrifiées.

Pour minimiser les émissions de GES liées aux déplacements professionnels (combustion de carburant), Maroc Telecom utilise des véhicules de location longue durée, stratégie qui lui permet de renouveler régulièrement son parc et profiter des avancées technologiques pour disposer toujours de voitures à moteurs les moins polluants.

Le Groupe Maroc Telecom encourage aussi les initiatives qui minimisent la production de déchets associés à ses produits et services. Il promeut la dématérialisation auprès de ses salariés, ses clients et ses partenaires : moyens dématérialisés de recharge (Internet, Guichet Automatique Bancaire, Mobicash ou chez le revendeur qui active le crédit directement sur le Mobile), facture en ligne.

Par ailleurs, Maroc Telecom, qui utilisait depuis plusieurs années des sacs en plastique biodégradable dans ses agences commerciales a totalement abandonné l'emploi de ces emballages plastifiés.

Pour changer les habitudes de consommation des collaborateurs et les encourager à adopter un comportement écoresponsable au travail, Maroc Telecom mène également des campagnes de sensibilisation sur les impacts environnementaux liés à la consommation de l’énergie électrique, du papier et du carburant.

Les salariés sont également sensibilisés sur les enjeux environnementaux à travers des formations liées au développement durable.

Maroc Telecom participe aux côtés de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’Environnement à des projets d’envergure qui favorisent la séquestration de gaz à effet de serre tels que le projet de Compensation Volontaire Carbone. Il a participé, en 1999, au reboisement de la forêt de la Maâmora et a également réhabilité (en 2002-2003), sous l’impulsion de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’Environnement, le parc Arsat Moulay Abdeslam à Marrakech.

En 2005, et sous l’impulsion de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, et avec le concours de Maroc Telecom, le jardin Arsat Moulay Abdeslam a pu être sauvé de l’oubli, par les grands travaux de réhabilitation et de rénovation qui ont eu lieu.

Ainsi, l’on a redonné vie à ce site important en restant fidèle au style que son créateur voulait qu’il représente, à savoir un lieu de rencontre, de culture et d’ouverture tout en valorisant l’héritage écologique, historique, symbolique et culturel qu’il représente. Le nom du jardin est rebaptisé Cyber Parc Arsat Moulay Abdeslam par a Princesse Lalla Hasnaa pour ancrer sa dimension ouverte sur les technologies et sur le futur.

Depuis sa rénovation en 2005, le cyber Parc Arsat Moulay Abdeslam a retrouvé sa place au sein de la vie culturelle et artistique locale, renouant ainsi avec son passé au 18-ème siècle, quand il accueillait festivités populaires et performances de chant, de musique et de danse présentés par des artistes Marocains et internationaux, mêlant folklore local, Malhoune, poésie arabe et amazigh aux différentes influences venues d’Afrique et d’Europe.
Lundi 21 Novembre 2016 - 16:24





Nouveau commentaire :
Twitter