Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Maroc-Réhabilitation des Mosquées historiques et Latrines traditionnelles de Fès: Une expérience réussie


Mardi 17 Août 2010 modifié le Mardi 17 Août 2010 - 20:02

Les mosquées historiques et latrines traditionnelles de Fès représentent des édifices précieux dont leur réfection a été classée prioritaire en raison de leur importance historique, sociale et religieux




Maroc-Réhabilitation des Mosquées historiques et Latrines traditionnelles de Fès: Une expérience réussie
Outre de nombreuses latrines traditionnelles, seule l'ancienne médina de Fès compte au total prés de 169 mosquées.

Ainsi, l'opération de réhabilitation d'une dizaine de mosquées historiques et de nombreuses latrines traditionnelles entamée depuis les années 90 a pu être engagée grâce à l'intervention notamment des autorités locales, du ministère des habous et des affaires islamiques ainsi que des dons internationaux, à l'instar du Fonds Arabe pour le développement économique et social (FADES) et la banque mondiale.

Selon l'Agence pour le Développement et la Réhabilitation (ADER), de la ville de Fès, les travaux de restauration avaient pour objectifs, la protection de la Médina contre les dangers d'effondrement menaçant les monuments et le bâti traditionnel en raison des remontées capillaires, ainsi que la réfection des latrines traditionnelles et leur alimentation en eau potable afin qu'elles retrouvent leur fonction.

La restauration de ces édifices avait nécessité l'utilisation de matériaux traditionnels (mortier de chaux, zellij, pierre taillée, marbre, bois et plâtre sculpté, canalisations traditionnelles).

La mosquée Al-Andalous, grande oeuvre architecturale vivait, jadis, délabrée (fondations érodées, mauvaise étanchéité, canalisations vétustes,...) et tombait presque dans l'oubli.

Ainsi, en 1998, le ministère des habous et des affaires islamiques pour 11 millions de Dhs prenait en charge sa restauration et sa rénovation moderne. Aujourd'hui, rénovée donc réhabilitée, la mosquée reçoit ses fidèles habitués.

La mosquée Al-Andalous, située dans la partie "adouat al andalous" est le monument qui a le plus attiré l'intérêt des historiens mérinides donnant une profusion de textes littéraires et spécialisés.

Fondée en 245 de l'Hégire, par Maryam Al-Fihrya, la mosquée Al andalous, séparée par une rive de sa contemporaine la quaraoyuinne , a eu depuis le 13ème siècle , une existence sobre et éclectique.

L'autre prestigieux lieu de culte, la mosquée AL Karaouiyine (5846 m3), après sa restauration sur Hautes instructions de S.M. le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, peut accueillir aujourd'hui quelque 20.000 fidèles.

La Mosquée Al Quaraouiyine a vu le jour dans l'ancienne médina sur la rive gauche de l'Oued-Fès. Cette mosquée a donné l'occasion à la cité idrisside d'être la capitale intellectuelle de l'occident musulman depuis l'éclipse des villes de Kairouan et de Cordoue.

S'agissant des latrines traditionnelles, elles font aussi partie intégrante du legs culturel et religieux de la ville de Fès, dans la mesure où toutes les mosquées, quelle que soit leur importance, sont équipées de ces salles d'eau afin de permettre aux fidèles de faire leurs ablutions avant la prière et aux visiteurs de l'ancienne médina de les utiliser en tant que latrines publiques.

Si ces latrines sont un équipement urbain important et utile, elles sont cependant, pour la plupart d'entre elles, dans un état de détérioration avancé.

Ainsi, dans le cadre du projet d'aménagement du circuit touristique de la ville, l'ADER, avec l'appui de la Banque mondiale, a procédé, au cours des dix dernières années, à la restauration d'une dizaine de latrines traditionnelles.

Les travaux de restauration de ces latrines qui avaient nécessité un financement de 2 millions de dhs, ont concerné la consolidation des structures dégagées, la réfection et le curage des canalisations traditionnelles, le remplacement des revêtements du sol, des murs en zellige traditionnel et des portes en bois.

Dans l'histoire urbaine de la ville de Fès, le nombre de latrines était lié au rythme de construction et d'extension des mosquées.

Dès le début de l'Islam, l'alimentation en eau devenait en effet une des premières préoccupations des responsables des villes arabes, sachant que tout monument religieux doit disposer d'équipements nécessaires à l'accomplissement des ablutions rituelles, d'où le nombre impressionnant des latrines traditionnelles dans la vieille médina de Fès.

A signaler, par ailleurs, qu'au niveau national, il été procédé récemment, en application des Hautes instructions Royales, à l'expertise de 19.205 mosquées et salles de prière, dont 10.437 ont été déclarés affectées, et décidé la fermeture totale de 1.256 mosquées et partielle de 416 autres.


Source MAP
Mardi 17 Août 2010 - 19:54





Nouveau commentaire :
Twitter