Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maroc: Le PI décide de poursuivre en justice Abdelilah Benkirane pour ses déclarations


Samedi 4 Janvier 2014 modifié le Samedi 4 Janvier 2014 - 22:35

Le Parti de l'Istiqlal (PI) a décidé de poursuivre en justice le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, pour ses déclarations, lors de la séance mensuelle sur la politique générale à la Chambre des représentants, sur la fuite des capitaux à l'étranger, jugées par le parti comme diffamatoires à son encontre et comportant des accusations contre certains de ses dirigeants.




Le Chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane
Le Chef du gouvernement marocain, Abdelilah Benkirane
Un communiqué du secrétariat général du PI, publié à l'issue de la réunion hebdomadaire de son Comité exécutif et dont copie est parvenue samedi à l'agence MAP, souligne que le PI a "décidé de recourir à la justice contre le Chef du gouvernement sur la base de ses déclarations lors de la séance mensuelle sur la politique générale au Parlement", ajoutant que la direction du parti a autorisé Mme Yasmina Baddou, dirigeante istiqlalienne, "avec laquelle elle est entièrement solidaire", à intenter un procès contre le Chef du gouvernement pour le même motif".

Le parti a également décidé d'introduire une demande, par le biais des deux groupes parlementaires istiqlaliens, en vue de constituer une commission d'enquête au sujet du marché des vaccins aussi bien sous le gouvernement précédent que sous l'actuel Exécutif.

Le PI a dénoncé "la transformation d'une séance consacrée à la politique générale et au contrôle de l'action gouvernementale en meeting pour discourir et régler des comptes politiques d'une manière qui altère et détourne les dispositions constitutionnelles, nuit profondément aux pratiques démocratiques et fait planer des menaces sur les acquis de notre pays au niveau des réformes politiques et démocratiques".

Le Parti de la balance a souligné que le Chef du gouvernement "a outrepassé ses attributions constitutionnelles à travers son empiètement sur celles du pouvoir judiciaire, seul habilité à formuler des accusations", "ce qui constitue, selon le PI, une violation du principe de séparation des pouvoirs".

"Le PI reste déterminé à exiger à ce que toutes les affaires de prévarication et les listes de tous les prévaricateurs soient dévoilées", ajoute le communiqué.
Samedi 4 Janvier 2014 - 17:40

Avec MAP




Nouveau commentaire :
Twitter