Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Maroc-Gouvernement: les islamistes "manipulent" les jeunes


Mardi 24 Mai 2011 modifié le Mardi 24 Mai 2011 - 13:31




Maroc-Gouvernement: les islamistes "manipulent" les jeunes
Les autorités marocaines se sont déclarées "déterminées" à faire face aux mouvements de contestataires islamistes et de gauche, en indiquant qu'il n'y aura pas de remise en cause des réformes politiques annoncées récemment "au plus haut niveau".

"Le Maroc ne fera pas marche arrière et ira jusqu'au bout des réformes qui ont déjà été annoncées au plus haut niveau de l'Etat", a déclaré lundi à l'agence AFP le ministre marocain de la Communication Khalid Naciri.

Mais selon lui, le Mouvement du 20 février, qui réclame des réformes démocratiques au Maroc et une limitation des pouvoirs du roi Mohammed VI, est "phagocyté par les islamistes et par les mouvements de gauche".

La police marocaine a dispersé dimanche plusieurs centaines de jeunes du Mouvement du 20 février qui demandent d'importantes réformes politiques au Maroc.

"Le programmes des islamistes et des mouvements de gauche n'a rien à voir avec les réformes démocratiques. Le gouvernement marocain n'a rien contre ce Mouvement du 20 février, mais nous estimons que ses membres sont manipulés par les islamistes et les gauchistes", a ajouté M. Naciri.

Mohammed VI a annoncé le 9 mars, dans un discours à la nation d'importantes réformes constitutionnelles prévoyant notamment le principe de séparation des pouvoirs et un renforcement des pouvoirs du Premier ministre.

M. Naciri a aussi mis en cause des organisations islamistes comme "Justice et bienfaisance, qui utilisent les revendications démocratiques pour servir leur propre agenda".

Justice et bienfaisance est un mouvement officiellement interdit mais ses activités sont souvent tolérées.

Selon un haut responsable du ministère de l'Intérieur qui a requis l'anonymat, "malheureusement, Justice et bienfaisance utilise cet espace pour provoquer les autorités marocaines et les amener à l'affrontement".
Mardi 24 Mai 2011 - 13:21

Atlasinfo avec agences





1.Posté par ahmed khassouani le 24/05/2011 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
j'espere bien que le gouvernement marocain doit frapper et sans petie contre ceux qui cherchent destabilise notre pays NB.VOIR L'IMAGE ACCTUELLE DE NOTRE CHERE PATRIE A L'ETRANGER que dieu la garde allah al watan al malik que dieu le protege

2.Posté par ali le 25/05/2011 12:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C est Tjrs ce fameux Naciri
apres etre impliqué dans les proces des journalistes

La on peut lui dire merci
il va exactement dans les schema prevu par le coiffeur qui va raser gratis a lui et a toute la maffia de fassis


3.Posté par ali le 25/05/2011 17:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
voici l issue tant atttendue

L’ex-président égyptien, Hosni Moubarak, et ses deux fils, Gamal et Alaa, accusés d’être responsables de la mort de manifestants pendant le soulèvement populaire de janvier-février et de s’être enrichis illégalement, vont être jugés.


C’est la «sentence» historique prononcée hier par le procureur général Abdel Meguid Mahmoud. Le grand raïs, qui régnait comme un pharaon sur l’Egypte depuis 1981, et ses enfants, dont l’arrogance n’a d’égal que l’insondable pouvoir de leur père, vont ainsi répondre de leurs actes devant le peuple. Qui l’eût cru ?

Et le verdict, qui sera prononcé au nom de ce peuple désormais libéré du clan Moubarak, risque d’être fatal pour le raïs déchu et ses rejetons. C’est en tout cas, une première dans l’histoire de l’Egypte : un ancien chef d’Etat doit comparaître devant la justice. «Le procureur général, Abdel Meguid Mahmoud, a décidé hier de déférer l’ex-président Hosni Moubarak et ses fils Alaa et Gamal ainsi que l’homme d’affaires en fuite, Hussein Salem, devant un tribunal pénal», a indiqué l’agence officielle Mena. Quel terrible boomerang de l’histoire contre Hosni Moubarak, qui n’a sans doute jamais imaginé une fin aussi pitoyable. Une chute pyramidale pour un homme qui se voulait être l’incarnation de pharaon de l’Egypte ancienne.

Un procès exemplaire pour l’histoire

Nouveau commentaire :
Twitter