Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 

 







Marine Le Pen, l'héritière qui rêve de la victoire de l'extrême droite française


Dimanche 16 Avril 2017 modifié le Dimanche 16 Avril 2017 - 18:20

Capitalisant sur le ras-le-bol exprimé par nombre de Français sur le chômage ou l'immigration, portée par une vague nationaliste en Europe, la cheffe de l'extrême droite Marine Le Pen espère une victoire historique à la présidentielle après l'échec de son père voici quinze ans.




Après des années d'efforts pour dédiaboliser son parti Front national (FN), elle compte, à 48 ans, faire mentir les sondages qui la donnent depuis des mois largement qualifiée au premier tour le 23 avril mais battue au second tour le 7 mai du fait d'un report présumé insuffisant des voix.

La fille du cofondateur du parti en 1972 Jean-Marie Le Pen, mène campagne sur le "patriotisme" et la "préférence nationale". Elle veut sortir de l'euro, taxer les produits importés. Elle promet aussi la suspension des accords de libre-circulation de Schengen au sein de l'UE, l'expulsion des étrangers fichés pour radicalisation, la suppression du droit du sol...

"Au fond si je devais me définir, je crois que je répondrais tout simplement que je suis intensément, fièrement, fidèlement, évidemment française. Je reçois les insultes à la France comme si elles m'étaient adressées directement", dit-elle dans son clip de campagne qui joue sur le registre de l'intime.

Dans ses réunions publiques, ses paroles, bues par des partisans de tous âges et milieux sociaux, sont traditionnellement ponctuées par un slogan scandé à gorge déployée: "On est chez nous!". Un "cri de xénophobie", selon ses adversaires. "Un cri d'amour" pour la France, répond celle qui a choisi pour slogan "Au nom du peuple".

Pour la sémiologue Mariette Darrigrand, la candidate est dans une posture "mythologique". Elle "brode" autour du concept de patriotisme "des épisodes, comme dans une série: Marine va chez Poutine, Marine ferme les vannes de l'immigration...".

Le Pen et les emplois fictifs

Soupçonnée d'emplois fictifs au Parlement européen, elle a refusé de se rendre à une convocation des juges se disant victime d'une "cabale politique". La justice française a demandé au Parlement européen la levée de son immunité parlementaire.

L'organisation de plusieurs meetings, où elle tonne ses discours dans une posture martiale, a été parfois perturbée par des manifestations d'opposants, comme à Lille (nord), Ajaccio (Corse), Nantes (ouest).

Une récente déclaration rejetant la responsabilité de la France dans une rafle de juifs à Paris sous l'occupation nazie, pourtant officiellement reconnue depuis 1995, a aussi choqué. Elle s'attire les foudres de ses adversaires, d'associations juives et d'Israël.

Pour l'historien Nicolas Lebourg, ces récents propos sur le passé de la France soulignent qu'elle "cherche à se démarquer de nouveau comme candidate antisystème" dans un contexte où les sondages la placent en tête "depuis longtemps mais sans évolution".

Depuis son accession à la tête du FN en 2011, à la suite de son père avec lequel elle est désormais officiellement brouillée, elle a écarté les cadres les plus marqués, militants antisémites, nostalgiques de l'Algérie française - voire de la collaboration avec l'Allemagne nazie - ou catholiques intégristes.

Cette stratégie a payé: le parti est en progression constante à chaque élection.

En quête de crédibilité internationale, elle a organisé plusieurs déplacements qui lui ont permis quelques coups d'éclat.

En janvier, elle s'est affichée dans le hall de la Trump Tower à New York, sans pour autant rencontrer le président élu. Au Liban en février, elle a refusé de porter le voile pour rencontrer le mufti de la République. Fin mars, elle rencontre Vladimir Poutine à Moscou, porteur selon elle d'une "nouvelle vision" d'un "monde multipolaire".

La benjamine des trois filles Le Pen, mère de trois enfants, deux fois divorcée et aujourd'hui en couple avec l'un des vice-présidents du parti Louis Aliot, n'était pas destinée à la politique. Sa soeur Marie-Caroline devait à l'origine reprendre le flambeau d'un parti dominé pendant près de quarante ans par leur père.

Mais la vie politique tumultueuse du FN et les brouilles familiales ont ouvert la voie à cette avocate de formation au tempérament volcanique.

Elle fait surface en mai 2002, au soir du second tour de la présidentielle, pour défendre bec et ongles son père, défait par Jacques Chirac.

AFP
Dimanche 16 Avril 2017 - 10:49





Nouveau commentaire :
Twitter