Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Manuel Valls surmonte l'obstacle de la motion de censure déposée par l'opposition


Jeudi 19 Février 2015 modifié le Jeudi 19 Février 2015 - 22:37




Manuel Valls surmonte l'obstacle de la motion de censure déposée par l'opposition
Le gouvernement de Manuel Valls a surmonté jeudi l'obstacle de la motion de censure déposée par l'opposition en réplique à son passage en force sur la loi Macron, un signe pour le Premier ministre qu'une majorité existe pour poursuivre les réformes.

"Nous continuerons, avec tous les moyens que donne la Constitution", a-t-il dit quelques minutes avant le vote. "Nous continuerons sans relâche à réformer."

La motion présentée par l'UMP et les centristes de l'UDI n'a obtenu que 234 voix, alors que 289 votes -- la majorité absolue de l'Assemblée -- était nécessaire, et seuls quelques députés Front de gauche se sont ralliés à ce texte de la droite.

Les groupes PS, écologiste et des radicaux de gauche ne l'ont pas votée, pas plus que les "frondeurs" du PS qui en sont pourtant à l'origine par leur refus de voter le projet de loi du ministre de l'Economie Emmanuel Macron, qui prévoit notamment plus de dimanches travaillés.

C'est le risque de voir ce texte rejeté qui a incité Manuel Valls à utiliser mardi l'article 49-3 de la Constitution.

Ce dispositif oblige l'Assemblée à adopter un texte ou à provoquer la chute du gouvernement. La loi Macron, qui contient toute une série de mesures, est donc adoptée après le rejet de la motion de censure prévue par le même article.

Les "frondeurs" du PS, qui étaient menacés d'exclusion de leur formation politique en cas de vote de la motion, sont temporairement rentrés dans le rang même s'ils ont promis de se battre pour modifier la loi Macron en deuxième lecture.

Manuel Valls n'a pas caché qu'il n'hésiterait pas à utiliser de nouveau l'article 49-3 lors de ce second passage pour faire adopter un texte jugé symbolique de la volonté de réformes exigées par la Commission européenne en échange d'un nouveau délai pour la réduction des déficits publics français.

"L'engagement du 49.3, c'est un acte d'autorité, car l'autorité, c'est assumer ses responsabilités quand l'intérêt supérieur de la Nation l'exige", a-t-il dit en s'en prenant frontalement aux rebelles "immatures".

"On ne joue pas aux dés avec un texte aussi important pour notre pays. On ne prend pas de risque face à l'irresponsabilité et l'immaturité de certains", a-t-il dit.

Jeudi 19 Février 2015 - 19:35





Nouveau commentaire :
Twitter