Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Maïtena Biraben: "le FN tient un discours de vérité"


Vendredi 25 Septembre 2015 modifié le Samedi 26 Septembre 2015 - 00:37

Le Grand Journal n'en finit plus de rater sa première rentrée de l'ère Bolloré. Plombée par des audiences en chute libre, l'émission phare de Canal+ vient de faire une nouvelle sortie de route ce jeudi avec sa présentatrice Maïtena Biraben. Au cours d'une interview de l'avocat Eric Dupont-Moretti, cette dernière a clairement dérapé en tenant des propos qui pouvaient sembler tout à fait favorables au Front national.




"C'est le premier parti de France", a-t-elle d'abord assuré. Il s'agit d'une reprise sans pincettes du message martelé par les partisans du FN après le premier tour des départementales de mars dernier. La sortie de la présentatrice fait fi de la dispersion des voix avant un second tour où le FN n'a finalement remporté aucun département.

Elle fait également fi du fait que le PS et Les Républicains comptent bien plus d'adhérents que le FN (respectivement 130 000 et 180 000 contre 50 000). Elle ne s'est malheureusement pas arrêté là. A deux reprises, la présentatrice a fait preuve d'ambiguïté concernant les positions défendues par le FN. "Les propos de la vérité sont souvent tenus et incarnés par le Front national aujourd'hui, rarement par le Pari socialiste, très rarement par les partis classiques", a-t-elle déclaré pour interroger son invité sur l'attrait du FN. Et d'en remettre une couche juste après: "Et pourtant les Français se reconnaissent dans ce discours de vérité qui est tenu par le Front national". Les réseaux sociaux se sont immédiatement emparés du dérapage.

Sur son compte Twitter, deux heures après la fin de l'émission, Maïtena Biraben, dont la sortie ressemblait plus à une tentative (totalement) ratée de muscler ses questions qu'à un soutien réfléchi au FN, n'avait pas encore réagi.

Voir la vidéo à partir de 17'30'' :

Vendredi 25 Septembre 2015 - 09:48

Avec L'Express




Nouveau commentaire :
Twitter