Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Lutte contre l'EI : l'Irak réclame plus d'armes à la coalition internationale


Jeudi 22 Janvier 2015 modifié le Jeudi 22 Janvier 2015 - 20:44


L'Irak a réclamé jeudi davantage d'armes à la communauté internationale afin de combattre l'organisation Etat islamique (EI), au cours d'une réunion à Londres de la coalition mise sur pied contre ce groupe islamiste armé.




"L'Irak a besoin d'armes et la communauté internationale a la capacité de fournir les armes dont elle a besoin", a déclaré le Premier ministre irakien Haïdar al-Abadi dans une conférence de presse aux côtés du secrétaire d'Etat américain John Kerry et de son homologue britannique Philip Hammond.

Bagdad, dont le budget dépend à plus de 90% de l'or noir, a été durement touché par la brutale chute des cours du brut, qui ont chuté d'environ 60% depuis les débuts de l'attaque de l'EI mi-juin.

Cela a été "catastrophique" pour l'Irak, a reconnu M. Abadi devant la presse. "Nous ne voudrions pas assister à une défaite militaire en raison de problèmes budgétaires et fiscaux", a-t-il mis en garde.

Les ministres américain et britannique ont assuré qu'ils répondraient aux besoins de Bagdad, mais sans annoncer de mesure concrète pour la lutte contre l'EI.

"Nous avons très clairement entendu ce qu'il a dit", a déclaré M. Hammond, assurant, comme M. Kerry, que "cette campagne n'allait pas échouer par manque d'armes ou de munitions entre les mains des forces de sécurité irakiennes".

John Kerry a insisté su le fait que l'EI n'était "pas simplement" un problème syrien ou irakien mais un "problème mondial", à l'issue de la réunion d'une vingtaine de pays de la coalition internationale contre l'EI qu'il coprésidait avec son homologue britannique.

Pour leur homologue français Laurent Fabius, "cette réunion marque une nouvelle étape dans la structuration de la coalition après cinq mois d'existence".

"Face à une telle menace il importe d'avoir une stratégie globale, cohérente, et un pilotage politique", a-t-il fait valoir.

John Kerry a par ailleurs avancé que "des milliers de combattants de Daech (acronyme arabe pour l'EI, Ndlr) avaient été" tués par "près de 2.000 frappes" en Syrie et en Irak.

Il a assuré que la coalition pilotée par les Etats-Unis avait "stoppé les avancées de l'EI en Irak, remis en cause ses ressources et sa capacité à faire venir des combattants étrangers". Mais "nous avons encore beaucoup de travail", a-t-il averti.

Les membres de la coalition s'inquiètent notamment de la menace représentée par les étrangers partis rejoindre des groupes jihadistes, dont certains sont revenus en Europe, ainsi que des "cellules dormantes", à la lumière des récentes attaques à Paris.

Jeudi 22 Janvier 2015 - 20:43

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter