Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Lutte anti-terroriste: Le Département d’Etat met en avant la “stratégie holistique” du Maroc


Jeudi 2 Juin 2016 modifié le Vendredi 3 Juin 2016 - 07:39

Le Département d’Etat américain a mis en avant, jeudi, la “stratégie holistique” du Maroc en matière de lutte contre l’extrémisme violent, dans le cadre de l’”adhésion” soulignée par les autorités marocaines aux standards internationaux des droits de l’Homme, et en faveur d’une “transparence consolidée des procédures de mise en oeuvre de la loi”.




“Le gouvernement (marocain) a souligné son adhésion aux standards internationaux des droits de l’Homme et en faveur d’une transparence consolidée des procédures de mise en oeuvre de la loi”, souligne la diplomatie américaine dans son rapport annuel sur le terrorisme dans le monde au titre de l’année 2015, qui fait état de l’”engagement public” des autorités marocaines afin que la lutte antiterroriste se fasse dans le plein respect des droits des individus.

La stratégie “holistique” du Royaume visant à contrer l’extrémisme violent “s’inscrit ainsi dans le cadre d’une approche qui place en tête de ses priorités la concrétisation des objectifs économiques et du développement humain”, se félicite le Département d’Etat, qui met en avant également la réforme du champ religieux, l’accélération du déploiement des programmes d’éducation et d’initiatives visant la promotion du marché de l’emploi en faveur des jeunes, ainsi que l’autonomisation des femmes à travers l’élargissement de leurs droits juridiques, politiques et sociaux.

“Dans le but de barrer la route (…) à l’importation des idéologies islamistes extrémistes violentes, le Maroc a développé une stratégie nationale visant à raffermir et à institutionnaliser davantage la vaste adhésion du Maroc au rite Malékite-Achaarîte”, note encore le Département d’Etat dans ce rapport.

Mettant en exergue le “leadership” du Royaume en matière de lutte antiterroriste, le Département d’Etat rappelle, dans ce sens, que le Maroc est un “membre fondateur” du Forum Mondial de Lutte contre le Terrorisme (GCTF), ainsi que de l’Initiative Globale pour la lutte contre le terrorisme nucléaire, ajoutant qu’en 2015, le Maroc “a continué d’assumer ce rôle de leadership au sein du GCTF en co-présidant avec les Pays Bas le Groupe de travail sur les combattants étrangers”.

“Les trente pays membres du GCTF avaient convenu à l’unanimité que le Maroc assume la co-présidence du Forum Mondial de Lutte contre le Terrorisme, rôle qu’il assume avec la Turquie”, note le Département d’Etat.

Sous les auspices du GCTF, poursuit-on, “le Maroc et les Etats-Unis ont mené conjointement l’Initiative sur la sécurité des frontières”, ajoutant que le Royaume, de par “sa qualité d’allié stratégique des Etats-Unis hors Otan et de partenaire du Dialogue Méditerranéen (5+5), dans le cadre du processus de Barcelone de l’Union européenne, prend part à l’Initiative de Défense de (5+5), qui rassemble cinq pays européens et autant de pays d’Afrique du nord afin de se pencher sur les questions sécuritaires dans la région méditerranéenne”.

Dans un registre régional, “le Maroc a élargi, tout au long de l’année 2015, ses efforts sur le plan régional en matière de lutte contre la radicalisation, efforts qui ont notamment porté sur la formation d’imams de France, Gabon, Guinée, Kenya, Libye, Mali, Nigeria et de Tunisie”, précise le document, soulignant que Rabat et Washington ont “continué à mettre en oeuvre le programme de lutte antiterroriste trilatéral ATA, qui vise à consolider les capacités de lutte antiterroriste dans les régions du Maghreb et du Sahel.

Rappelons à ce propos que le Maroc et les Etats-Unis avaient signé, en 2014 en marge du premier sommet USA-Afrique, un accord-cadre bilatéral sur l'assistance antiterroriste, visant notamment une coopération triangulaire en matière de formation sécuritaire.

Au titre de ce mémorandum, les deux pays s'engagent à renforcer les capacités régionales, particulièrement dans le domaine de la formation du personnel des services de sécurité civile des pays partenaires dans les régions du Maghreb et du Sahel, à travers la mobilisation de l'expertise mutuelle dans des domaines tels que la gestion des crises, la sécurité des frontières et les investigations.

Jeudi 2 Juin 2016 - 21:56





Nouveau commentaire :
Twitter