Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Ligue arabe: Le Maroc insiste sur la consécration de l'action arabe commune


Dimanche 7 Septembre 2014 modifié le Lundi 8 Septembre 2014 - 18:46

Le monde arabe doit impérativement consacrer l'action arabe commune, en raison de la communauté de son destin, a affirmé, dimanche au Caire, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar.




Le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar.
Le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar.
La situation qui prévaut dans le monde arabe nécessite la mise en œuvre des décisions prises par la Ligue arabe, le renforcement de la solidarité et la recherche du consensus, a souligné M. Mezouar qui s'exprimait à l'ouverture de la 142è session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe.

Il a mis l'accent sur la nécessité d'adopter des mesures d'urgence pour rétablir la situation, d'inaugurer une nouvelle étape dans les relations arabo-arabes à travers la révision des priorités, aussi bien au niveau de la Ligue arabe qu'au niveau de chaque pays arabe, et d'œuvrer pour maîtriser la situation et agir sur le cours des évènements.

Il a aussi souligné l'importance de doter ces relations d'outils propices dans les domaines de la sécurité, de la politique étrangère et d'échange d'informations, et de passer à la vitesse de croisière dans la réforme de la Ligue arabe.

Dans ce cadre, le ministre a appelé à la révision de la politique du voisinage arabe de manière à prendre en compte le destin commun des peuples désormais menacés de désunion, à mobiliser les moyens disponibles, en particulier les médias populaires, appelés à jouer leur rôle historique au service des peuples de la région et à faire face à la culture visant à semer la discorde, l'extrémisme et la consécration de l'ignorance.

Pour le ministre, le besoin est pressant pour une action approfondie et constante aux niveaux intellectuel, scientifique et culturel, en vue de clarifier les vrais concepts de la religion et mettre à nu l'extrémisme.

Il a appelé dans ce sens la nécessité d'oeuvrer pour la modification de l'image stéréotypée collée à l'Islam au vu des crimes ignobles commis et qui continuent d'être commis au nom de cette religion, ainsi que pour la consécration des valeurs de la tolérance, la modération et du juste-milieu, et le renforcement des canaux de dialogue entre les civilisations, les cultures et les religions sur une base d'égalité, de respect mutuel et de reconnaissance du droit à la différence.

M. Mezouar a rappelé, par ailleurs, les développements préoccupants dans certaines régions comme le Yémen, la Libye, l'Irak ou la Syrie, affirmant que "la situation déjà grave par sa charge destructive, elle l'est encore du fait qu'elle n'est qu'à ses débuts".

Il a mis en garde contre une situation "ouverte sur l'inconnu" et échappant presque à tout contrôle, à la lumière du terrorisme désormais doté de grandes capacités, outre les divisions ethnique et idéologiques qui commencent alors que la région devient un champ de bataille de dimension internationale.

Il considère que l'impact de ces crises sur la situation économique du monde arabe a constitué un terrain fertile pour l'émergence de nouvelles armées d'exclus et d'individus rangés par la rancœur et poussés dans les bras du terrorisme, entravant par la même toute politique de redresser la situation.

Par ailleurs, M. Mezouar a relevé que la présidence par le Maroc du conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, durant la session précédente, est une fierté pour le Royaume, d'autant plus que ce mandat a permis de servir les causes de la Oumma arabe et d'atteindre des résultats importants dans un laps de temps relativement court, a-t-il dit.

Les derniers six mois, qui ont connu plus de 51 réunions, étaient "riches et fructueux" et ont reflété la volonté d'ouverture sur des blocs régionaux de poids comme l'Union européenne, les pays d'Asie centrale et l'Azerbaïdjan et de consolider les partenariats stratégiques avec de superpuissances comme la Chine, a-t-il poursuivi.

"Nous avons focalisé notre attention, durant les derniers six mois, sur nos causes politiques urgentes", en suivant de près l'évolution rapide des évènements, à travers des réunions urgentes et d'autres de consultations, a affirmé le ministre.

Même si ces questions se posent toujours avec acuité, leur traitement sérieux a permis d'adopter des positions claires et unifiées qui contribueront à une résolution rapide, a-t-il ajouté.

Parmi ces dossiers, il a cité la question de l'agression israélienne contre les Palestiniens qui a suscité des décisions courageuses et sans précédent, appelant à placer les terres palestiniennes sous protection internationale, à mettre en œuvre la Convention de Genève pour confirmer la responsabilité collective à l'égard du peuple palestinien et à enquêter sur les violations flagrantes et les crimes commis contre la population palestinienne, a-t-il rappelé.

M. Mezouar a salué, à cette occasion, les efforts de l'Egypte qui ont permis à la délégation palestinienne unifiée de parvenir avec la partie israélienne à un accord sur le cessez-le-feu, insistant sur la nécessité que cet accord soit durable et définitif, avec des garanties assurant la non reproduction de toute agression israélienne dans la perspective de la fin de l'occupation israélienne et du blocus imposé au peuple palestinien.

Le Maroc, a-t-il réaffirmé, est convaincu de la nécessité de renforcer l'unité nationale palestinienne de manière à favoriser l'adhésion de tous au projet de la levée du blocus, la fin de l'occupation et l'établissement d'un Etat palestinien, ainsi que de l'impératif de consolider le rôle et la place du gouvernement d'union nationale palestinienne pour favoriser l'exercice de son mandat et lui permettre de conduire sa mission au sein des territoires de l'Etat de Palestine au service de l'ensemble du peuple palestiniens, notamment à Gaza.

Appelant au soutien de la résistance des Palestiniens en leur assurant les aides dont ils ont besoin et en accompagnant leurs efforts dans les différentes instances internationales, le ministre a affirmé : "Nous ne voulons pas que cela occulte les crises que connaissent certains pays arabes et le chaos ici et là, mais il s'agit là d'un devoir de solidarité avec nos frères palestiniens".

Dimanche 7 Septembre 2014 - 18:54

Avec MAP




Nouveau commentaire :
Twitter