Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Libye: l'armée repousse une attaque contre le siège de l'état-major


Jeudi 6 Février 2014 modifié le Vendredi 7 Février 2014 - 07:26

L'armée libyenne a repoussé jeudi soir une attaque contre son quartier général dans le sud de Tripoli, a annoncé un porte-parole de l'armée.




«Des hommes armés inconnus ont tenté d'entrer dans le siège de l'état-major, mais les gardes les ont repoussés», a déclaré à l'AFP le colonel Ali al-Cheikhi.

«Les assaillants ont pillé des voitures et quelques armes, avant de se retirer», a ajouté le colonel al-Cheikhi, ajoutant que l'attaque n'a pas fait de victimes.

Une autre source militaire a toutefois indiqué que les combats avaient éclaté après une dispute entre des soldats.

La tension monte en Libye sur fond d'appels à manifester vendredi contre une décision du Congrès général national (CGN, parlement) de prolonger son mandat qui devait initialement prendre fin le 7 février.

Le CGN, la plus haute autorité politique et législative du pays, a entériné lundi sa décision de prolonger son mandat jusqu'en décembre 2014, introduisant des amendements constitutionnels, malgré l'opposition d'une grande partie de la population qui critique son incapacité à rétablir l'ordre et à mettre fin à l'anarchie.

Des manifestations sont prévues pour vendredi, suscitant la crainte de débordements, sur fond de surenchère entre groupes armés rivaux.

Le Congrès général national (CGN), plus haute autorité politique et législative en Libye, a adopté cette semaine une nouvelle feuille de route qui prolonge son mandat et définit un calendrier pour une nouvelle période de transition.

L'application de cette feuille de route dépendra des travaux de rédaction d'une nouvelle Loi fondamentale, qui devraient commencer dès l'élection d'une Constituante prévue le 20 février.

La Constituante est appelée à achever la rédaction de la Constitution 120 jours après son entrée en fonction. Elle doit soumettre un rapport à mi-parcours, 60 jours après le début de ses travaux, pour déterminer si elle est en mesure ou non d'achever la rédaction du projet de Constitution dans les délais.
Jeudi 6 Février 2014 - 23:41

Avec agences




Nouveau commentaire :
Twitter