Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Libye : l'Algérie reconnaît finalement le CNT


Samedi 24 Septembre 2011 modifié le Dimanche 25 Septembre 2011 - 02:12




Mourad Medelci
Mourad Medelci
Le gouvernement algérien a exprimé jeudi «sa volonté de travailler étroitement» avec le Conseil national de Transition (CNT) libyen, afin d'asseoir une coopération bilatérale féconde au bénéfice des deux peuples frères, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, cité par le Quotidien d'Oran.

« Prenant acte de la déclaration faite par le président de l'Union africaine, le président Teodoro Obiang Nguema, lors de la réunion de haut niveau sur la Libye parrainée par les Nations unies, qui s'est tenue à New York le 20 septembre 2011, et prenant acte, également, de la lettre envoyée par le Conseil national de transition au président de la commission, le 5 septembre 2011, ainsi que du communiqué de la 294e réunion du Conseil de la paix et de la sécurité, tenue le 21 septembre 2011 à New York, le gouvernement algérien déclare sa volonté à travailler étroitement avec les nouvelles autorités libyennes afin d'asseoir une coopération bilatérale féconde au bénéfice des deux peuples frères et pour favoriser les conditions de la préservation de la paix et de la sécurité et de la stabilité dans la région», a précisé le ministère.

De son côté, le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, qui s'exprimait sur la chaîne El Arabiya, en marge des travaux de l'Assemblée générale de l'ONU, jeudi, a déclaré que les relations de l'Algérie avec le CNT libyen, jusque-là «quasi officielles», vont passer au stade de «relations officielles». «Sur la base des engagements du CNT et de la position exprimée par l'Union africaine, les relations quasi officielles que l'Algérie entretenaient avec le CNT seront transformées en relations officielles», a déclaré le ministre à la chaîne El Arabya, sans fixer de délai à cette perspective. Questionné sur les suites de la fermeture par les autorités algériennes des frontières avec la Libye, dans le sillage des troubles politiques et sécuritaires dans ce pays, le chef de la diplomatie algérienne a indiqué que ces frontières ne seront rouvertes que si leur surveillance est également assurée du côté libyen.

L’Algérie a toujours été plus que réservée sur l’intervention militaire en Libye et sur la légitimité du CNT. Ce dernier l’avait même accusée de soutenir le colonel Kadhafi. Le pays a d’ailleurs accueilli la femme, la fille et deux fils de l’ex-guide libyen. Une position qui avait marginalisé Alger sur la scène internationale.

Samedi 24 Septembre 2011 - 11:00





Nouveau commentaire :
Twitter