Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Libye : à Tripoli, la population manifeste contre la présence des milices armées


Samedi 10 Décembre 2011 modifié le Samedi 10 Décembre 2011 - 22:21

La présence de groupes armés à Tripoli constitue un problème qui traîne depuis des mois et met à l'épreuve la légitimité du gouvernement fraîchement nommé. Cette semaine, le chef du gouvernement d'intérim Abdel Rahim al-Kib a donné aux ex-rebelles jusqu'au 20 décembre 2011 pour quitter la capitale. En cause, l'obstacle qu'ils constituent à la mise en place d'une police et d'une armée nationales mais aussi le mécontentement croissant de la population qui manifeste depuis le début de la semaine sur la place des Martyrs. De plus, ces dernières semaines, les incidents se sont multipliés entre ces groupes parfois lourdement armés.




Libye : à Tripoli, la population manifeste contre la présence des milices armées
A Tripoli, ils font partie du paysage depuis des mois. Arrivés de toute la Libye, les ex-rebelles de Misrata, de Zintan ou d'ailleurs, ont installé leurs quartiers et barrages dans la ville, jusque dans l'aéroport international, pour ces derniers.

A plusieurs reprises, des affrontements ont dégénéré à cause de l'utilisation d'armes lourdes ou légères par ces groupes rivaux. Cette semaine, plusieurs rues ont été fermées à la circulation la nuit à la suite d’incidents entre milices concurrentes. Ces fermetures ont été demandées par la population elle-même à la police et à l'embryon d'armée nationale.

Même si le prestige des ex-rebelles est intact dans l'opinion, la population de Tripoli, qui manifeste cette semaine sur la place des Martyrs, est excédée par la circulation des armes dans les rues de leur capitale.

Face au mécontentement populaire, le conseil militaire de Misrata a décidé jeudi 8 décembre 2011 du retrait de ses hommes présents à Tripoli. Reste à savoir si les Zintan, l'autre grande présence militaire, prendront la même décision et surtout si tous ces hommes céderont bien leurs armes comme le gouvernement et la population le demandent désormais
Samedi 10 Décembre 2011 - 18:59

Avec RFI




Nouveau commentaire :
Twitter