Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 







Libye: Washington bloque à l'ONU la nomination d'un ex-dirigeant palestinien


Samedi 11 Février 2017 modifié le Samedi 11 Février 2017 - 21:24

Les Etats-Unis ont bloqué vendredi à l'ONU la nomination de l'ancien Premier ministre palestinien Salam Fayyad comme émissaire des Nations unies en Libye, selon des diplomates.




Salam Fayyad
Salam Fayyad
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait informé cette semaine le Conseil de sécurité de son intention de nommer M. Fayyad à la tête d'une mission en Libye pour aider à la reprise des discussions sur un accord politique chancelant.

"Depuis trop longtemps, les Nations unies ont injustement favorisé l'Autorité palestinienne au détriment de nos alliés en Israël", a fait valoir l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley dans un communiqué, en exprimant sa "déception" à propos de cette nomination.

"Les Etats-Unis ne reconnaissent pas actuellement un Etat palestinien ou ne soutiennent pas le signal que cette nomination enverrait aux Nations unies. Cependant nous encourageons les deux parties à unir leurs efforts directement pour trouver une solution", a-t-elle ajouté.

"A l'avenir les Etats-Unis agiront, et ne feront pas que parler, pour soutenir leurs alliés", a conclu la représentante des Etats-Unis, un des cinq membres permanents du Conseil et qui dispose à ce titre d'un droit de veto.

Le chef de l'ONU avait donné au Conseil de sécurité jusqu'à vendredi soir pour étudier sa proposition.

M. Fayyad, 64 ans, a été Premier ministre de l'Autorité palestinienne de 2007 à 2013 et a aussi été ministre des Finances à deux reprises. Il devait remplacer l'Allemand Martin Kobler, qui était l'émissaire de l'ONU en Libye depuis novembre 2015.

Il s'agissait de la première nomination majeure d'un émissaire dans une zone de conflit par M. Guterres depuis son arrivée à la tête de l'ONU début janvier.

Après son élection mais avant son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump avait critiqué une résolution de l'ONU adoptée en décembre - à la faveur d'une abstention des Etats-Unis - qui réclamait la fin des colonies israéliennes. Mme Haley avait ensuite promis devant l'ONU de défendre les intérêts d'Israël.

Avec AFP
Samedi 11 Février 2017 - 09:31





Nouveau commentaire :
Twitter