Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Libye: Seif al-Islam comparaît devant un tribunal de Zenten pour la 2e fois


Jeudi 2 Mai 2013 modifié le Samedi 4 Mai 2013 - 10:14




Libye: Seif al-Islam comparaît devant un tribunal de Zenten pour la 2e fois
Seif al-Islam, fils du défunt dictateur Mouammar Kadhafi, a comparu jeudi devant un tribunal libyen pour avoir tenté de communiquer illégalement avec l'extérieur en juin. Deux avocats, dont un nommé par le Tribunal, se sont présentés pour sa défense.

Les juges ont décidé d'ajourner le procès au 19 septembre à la demande de la défense qui voulait avoir accès à l'intégralité du dossier.

Il était détendu et toutefois il avait perdu une dent de sa mâchoire supérieure.

Deux avocats, dont un nommé par le Tribunal, se sont présentés pour sa défense.

Les juges ont décidé d'ajourner le procès au 19 septembre à la demande de la défense qui voulait avoir accès à l'intégralité du dossier.

Lorsque les journalistes, installés près de la grille derrière laquelle il se trouvait, lui ont demandé s'il allait bien, Seif al-Islam a répondu oui, faisant un signe avec le pouce.

A la question du juge qui lui demandait s'il acceptait les deux avocats qui lui avaient été commis d'office, l'accusé n'a pas répondu. Lorsque le juge lui a demandé s'il avait des requêtes, Seif al-Islam a répondu par la négative.

Le juge a appelé les quatre membres de la Cour pénale internationale (CPI) co-accusés avec Seif al-Islam dans cette affaire mais ils étaient absents.

Ce procès a été intenté en janvier à l'encontre du fils de Mouammar Kadhafi après qu'une équipe de quatre employés de la CPI venus rencontrer Seif al-Islam à Zenten afin de préparer sa défense devant la CPI avait été incarcérée le 7 juin 2012, et retenue près d'un mois par Tripoli.

Tripoli et la CPI se disputent le droit de juger Seif al-Islam Kadhafi, 40 ans, détenu par une brigade d'anciens combattants rebelles à Zenten (180 km au sud de Tripoli) depuis son arrestation en novembre 2011.

Seuls les rédacteurs de la presse ont été admis dans la salle du tribunal tandis que la télévision nationale libyenne a été autorisée à filmer pendant le procès.

Jeudi 2 Mai 2013 - 13:02





Nouveau commentaire :
Twitter