Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Libye: Paris soutient les efforts de Rome à l'ONU pour mettre fin au "chaos"


Mardi 24 Février 2015 modifié le Mardi 24 Février 2015 - 16:51

La France va soutenir des efforts de l'Italie, notamment à l'ONU, pour mettre fin au "chaos" en Libye, tout en cherchant à trouver un accord avec les "pays riverains" pour lutter contre les "trafics d'être humains".




"La France soutient tous les efforts de l'Italie pour que nous puissions au niveau le plus élevé, c'est-à-dire les Nations unies, trouver des réponses à une situation qui est celle du chaos et donc du terrorisme", a déclaré le président François Hollande au cours d'un point de presse commun avec le chef du gouvernement italien Matteo Renzi mardi.

"La première exigence, c'est de trouver un accord politique entre les différentes factions", a-t-il ajouté à l'issue d'un sommet franco-italien à Paris. Evoquant en outre les "trafics d'êtres humains", M. Hollande a indiqué qu'il fallait faire "davantage" et évoqué "l'idée de faire un accord avec les pays riverains de la Libye".

Pour sa part, Matteo Renzi a qualifié le dossier libyen de "priorité pour l'Europe entière". "C'est une priorité pour la Méditerranée, qui ne peut pas être un cimetière mais qui ne peut pas être non plus une banlieue de notre continent. C'est le coeur de notre continent, et la priorité de la (question) de la Libye (...) est une priorité qu'il faut absolument souligner", a souligné le chef du gouvernement italien.

Le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale a décidé de suspendre sa participation au dialogue parrainé par l'ONU "après les attentats terroristes de vendredi à Al-Qoba (est)" qui ont fait plus de 40 morts et ont été revendiqués par la branche libyenne du groupe Etat islamique (EI).

Un nouveau round de discussions était prévu jeudi au Maroc, à l'invitation de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul), entre représentants du Parlement élu et reconnu et ceux de son rival, le Congrès général national (CGN), le Parlement sortant qui a été réactivé par Fajr Libya, une coalition hétéroclite de milices islamistes.

Plongée dans le chaos, la Libye est dirigée par deux Parlements et deux gouvernements rivaux, l'un est proche de la coalition de milices Fajr Libya qui contrôle la capitale Tripoli et l'autre est reconnu par la communauté internationale et siège à Tobrouk (est).


Mardi 24 Février 2015 - 16:34

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter