Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Libye: 1ère réunion de dialogue entre les deux Parlements rivaux sous l'égide de l'ONU


Mercredi 11 Février 2015 modifié le Mercredi 11 Février 2015 - 17:41

Des délégations du Parlement reconnu par la communauté internationale et du Congrès général national (CGN, parlement sortant) étaient mercredi à Ghadamès, dans le sud de la Libye, pour une réunion de dialogue sous l'égide de l'ONU.




"Les participants au nouveau round de dialogue politique sont arrivés à Ghadamès pour tenter de mettre fin à la crise en Libye", a indiqué une source de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul).

Le chef de la Manul, Bernardino Leon, est arrivé également dans cette ville située à 600 km au sud-ouest de Tripoli, selon la même source.

Dans un communiqué, la Manul avait fait récemment état d'une réunion en préparation qui devait avoir lieu en Libye sans donner de détails, vraisemblablement pour des raisons de sécurité.

Après la chute du dirigeant Mouammar Kadhafi en octobre 2011, la Libye s'est enfoncée dans le chaos, avec la montée en puissance des milices d'ex-rebelles qui font aujourd'hui la loi.

La situation s'est aggravée ces derniers mois avec deux gouvernements et deux Parlements parallèles et une escalade de violences dans l'est comme dans l'ouest du pays.

Une première réunion de dialogue avait eu lieu à Genève en janvier et permis un accord sur un agenda prévoyant un gouvernement d'unité nationale.

Mais le CGN, le Parlement sortant qui a repris du service sous l'impulsion de Fajr Libya, une coalition de milices, notamment islamistes, avait boycotté cette réunion, exigeant qu'elle se tienne en Libye.

Le Parlement issu des élections de juin 2014 et le gouvernement d'Abdallah al-Theni, qui en est issu, siègent dans l'extrême est du pays, à plus de 1.000 km de Tripoli, depuis que la capitale est passée cet été sous le contrôle de Fajr Libya.

Cette coalition de milices, qui contrôle aussi une grande partie de l'ouest du pays, tente par ailleurs depuis décembre de s'emparer des principaux sites pétroliers situés dans l'est du pays où des combats meurtriers continuent de l'opposer à des forces loyales au gouvernement d'Abdallah al-Theni.

Mercredi 11 Février 2015 - 17:35





Nouveau commentaire :
Twitter