Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Les valeurs ancestrales marocaines au centre d’une grande enquête nationale


Vendredi 15 Avril 2011 modifié le Vendredi 15 Avril 2011 - 09:34




Les valeurs ancestrales marocaines au centre d’une grande enquête nationale
La quasi-totalité des Marocains (97 pc) estime toujours qu’il est du devoir des enfants de prendre en charge leurs vieux parents contre seulement 2 pc pour qui ce devoir incombe à l’Etat et aux auspices de bienfaisance, révèle une enquête nationale sur les valeurs. Et partant, la majorité des parents (65 pc) considère toujours que les enfants constituent une sécurité pour l’avenir, ce qui montre que la solidarité familiale reste une valeur centrale et sacrée chez les Marocains, selon cette enquête réalisée dernièrement par une équipe d’éminents chercheurs marocains pour le compte de l’Université Hassan II-Mohammedia.

La même source indique que la famille nombreuse n’est pas très appréciée. Le nombre idéal d’enfants par famille est de 2,92 en moyenne. Environ la moitié (46 pc) fait le choix de deux enfants au maximum. Les gens qui préfèrent 3 enfants ou 4 enfants représentent respectivement 28 pc et 18 pc.
Pour ce qui de la nature des rapports entre enfants et parents, la majorité (74 pc) est favorable au dialogue. Les gens qui sont encore attachés aux pratiques du passé sont peu nombreux (8 pc), indique l’enquête avant de rappeler que la situation idéale des rapports entre enfants et parents est presque l’inverse de ce que doit être celle des rapports entre époux. Et pour cause, soutient-on de même source, 79 pc trouvent que l’obéissance de l’épouse à l’époux favoriserait l’entente au sein de la famille. Les deux types de relations familiales sont fondés sur des valeurs différentes, sinon opposées : d’un côté le dialogue et de l'autre, l’obéissance.

Pour les auteurs de l’enquête, le choix du conjoint est un indicateur qui permet d’apprécier l’autonomie des enfants. 79 pc trouvent que c’est le garçon qui doit lui-même choisir son épouse. Le taux baisse à 67 pc lorsqu’il s'agit du choix de l’époux par la fille. Ce qui illustre d’évidence une rupture avec la tradition dominée par les mariages arrangés.
L’autonomie du couple, à en croire l’enquête, est également valorisée : 57 pc préfèrent avoir un logement autonome. 39 pc souhaitent continuer vivre avec leurs parents et manifestent donc une préférence pour la famille étendue.

La fréquence des visites des parents montre la difficulté matérielle d'entretenir des relations régulières. 31 pc leur rendent visite régulièrement (au moins une fois par mois), 46 pc rarement et 15 pc ne le font qu’à l’occasion des fêtes.
Cette enquête s’est fixée l’objectif d’esquisser une configuration générale des valeurs majoritaires de la société marocaine en jetant des éclairages sur les champs de valeurs suivants : la famille, la tradition et la religion, la politique, le travail et les loisirs. Et pour cause, les valeurs expriment la manière dont une société hiérarchise les hommes et les choses ou encore donne de l’importance à tel ou tel autre comportement.

Elle a été menée auprès de 1000 sondés couvrant la quasi-totalité du territoire national. Selon la méthode des quotas adaptée, l’échantillon des personnes interrogées a une structure comparable à celle de la population marocaine. Les critères retenus par l’étude sont le milieu de résidence (urbain/rural), le sexe, l’âge, l’état matrimonial, le niveau scolaire et la profession.
Intitulé ‘’50 ans de développement humain et Perspective 2025’’, le rapport de l’enquête a été conçu et réalisé par le sociologue Hassan Rachik, soutenu par un comité scientifique et de suivi composé des chercheurs Abdellatif Benchrifa, Mohamed Tozy et Mme Rahma Bourkia, ex-présidente de l’université Hassan II de Mohammedia. Quant à la supervision de l’enquête sur le terrain, elle a été assurée par M’hammed Abderebbi.


Atlasinfo

Vendredi 15 Avril 2011 - 09:29





Nouveau commentaire :
Twitter