Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Les pseudo-"preuves" de l'assassinat de Merah font toujours défaut


Mercredi 11 Juillet 2012 modifié le Mercredi 11 Juillet 2012 - 11:46




Les pseudo-"preuves" de l'assassinat de Merah font toujours défaut
Les supposés enregistrements censés démontrer que Mohamed Merah, qui a tué sept personnes en mars à Toulouse en se réclamant d'Al Qaïda, a été victime d'un assassinat destiné à le faire taire, n'avaient toujours pas été remis mercredi à la justice française malgré des annonces en ce sens.

Me Isabelle Coutant-Peyre, avocate française du père algérien de Mohamed Merah, a expliqué à Reuters qu'elle ignorait quand et même si sa collègue algérienne Zahia Mokhtari allait venir remettre ces enregistrements au parquet cette semaine, comme elle l'a annoncé et comme le parquet le lui demande.

"Mais cela ne change rien pour le parquet, qui a toujours le pouvoir d'enquêter sur la mort de Mohamed Merah", a-t-elle estimé.

Mohamed Merah a été abattu le 22 mars à Toulouse par le Raid, unité d'élite, lors d'un assaut donné à son logement où il était retranché depuis plus de 30 heures.

La presse algérienne a publié ce qu'elle présente comme des transcriptions des conversations entre Mohamed Merah et un agent de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) lors du siège de son logement. Les propos laissent penser que Mohamed Merah était un agent de renseignement français et qu'on l'a exécuté pour le faire taire.

Le parquet de Paris explique cependant qu'il est matériellement impossible que Mohamed Merah ait pu réaliser lors du siège et faire parvenir à l'extérieur des enregistrements sonores et vidéos puisqu'aucun appareil - téléphone portable ou autre - n'a été découvert chez lui après sa mort.

La chaîne TF1, s'attirant au passage une mise en garde du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), a diffusé dimanche ce qui est présenté comme le véritable enregistrement sonore réalisé par la police, des conversations entre Mohamed Merah, un négociateur du Raid et un agent de la DCRI.

Il y apparaît ce qui était déjà connu, que Mohamed Merah revendique avoir tué trois militaires, trois enfants et le père de l'un d'entre eux, et qu'il dit avoir accompli une mission reçue d'Al Qaïda lors d'un voyage en zone pakistano-afghane.

Il se moque par ailleurs de l'agent de la DCRI avec lequel il était en contact depuis son retour de ce voyage, en estimant l'avoir berné. Selon plusieurs médias, la preuve de plusieurs contacts téléphoniques entre Merah et la DCRI, dont deux tentatives d'appel après la tuerie de l'école, a été retrouvée.

Plusieurs juges d'instruction en charge de l'affaire ont demandé la levée du secret-défense pour connaÂŒtre la nature exacte des rapports entre Mohamed Merah et la DCRI. Par ailleurs, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a demandé une enquête interne.



Mercredi 11 Juillet 2012 - 11:43





Nouveau commentaire :
Twitter