Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Les principaux points du projet d'accord sur le climat de Paris


Vendredi 11 Décembre 2015 modifié le Vendredi 11 Décembre 2015 - 01:18




Limitation de la hausse de la température "bien en-deçà de 2°c", aide financière aux pays du Sud en augmentation, révision "tous les 5 ans" des mesures de lutte contre le réchauffement: les principaux points du projet d'accord sur le climat présenté vendredi


- Un accord "ambitieux" ? -

2°C OU 1,5°C?

En 2009 à Copenhague, les Etats ont décidé de limiter la hausse de la température à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, ce qui impose de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre (GES) en prenant des mesures d'économies d'énergie, en investissant dans les énergies renouvelables, en reboisant les forêts...

De nombreux pays, notamment les Etats insulaires menacés par la montée du niveau de la mer, mettent en avant qu'ils sont en danger dès + 1,5°C.

Le texte propose désormais de limiter la hausse de la température "bien en-deçà de 2°C" et de "poursuivre les efforts pour limiter la hausse de la température à 1,5°C".


COMMENT Y ARRIVER?

Sur 195 pays, 185 ont annoncé des mesures pour limiter ou réduire leurs émissions de GES à horizon 2025/2030. Mais même si elles étaient tenues, la hausse du mercure serait ramenée à environ 3°C.

Pour atteindre l'objectif "bien en-deçà de 2°C", le texte propose "un pic des émissions de GES le plus vite possible" et "une neutralité des émissions de GES durant la seconde moitié du siècle". Ce concept nouveau reste à préciser.

Des options plus ambitieuses ont disparu donc celle qui prévoyait des objectifs chiffrés de réduction des rejets polluants à l'horizon 2050.



REVISION DES ENGAGEMENTS ?

Un des dispositifs clé de l'accord est la mise en place d'un mécanisme de révision des engagements nationaux. Il est déjà acté qu'elle aura lieu tous les 5 ans. Mais à partir de quand? L'Inde veut que la première révision ait lieu le plus tard possible.

Le texte invite les pays à revoir leurs contributions en 2020 mais sans les y contraindre. La première révision obligatoire aurait lieu en 2025. Ce point est le plus critiqué par les ONG qui le trouvent bien trop tardif. D'autant, que le texte invite à une "progression" par rapport aux engagements précédents mais ne l'oblige pas.


- Pays développés/ en développement: qui fait quoi? -

La convention climat de l'ONU de 1992 a instauré une division stricte entre pays développés/en développement dans le partage des obligations.

Les pays industrialisés, Etats-Unis en tête, veulent assouplir cette ligne de partage qu'ils jugent dépassée au vu de l'essor économique des grands émergents, mais des pays comme l'Inde refusent de l'effacer, au nom de leur droit au développement et de la responsabilité historique du Nord dans le dérèglement climatique.

Le texte tente de refléter les deux sensibilités dans les multiples chapitres, à l'aide de formules savamment dosées.

Aussi, en matière de réduction des émissions de GES, les pays développés doivent "être à la pointe", mais à terme, "toutes les parties" devraient leur emboiter le pas "à la lumière de leurs différentes situations nationales et stades de développement".

En revanche, cette question de la ligne de partage reste non réglée concernant les moyens de mesurer et vérifier les actions prises: faut-il un système unifié, ou bien maintenir des exigences moindres pour les pays en développement?


- Aide financière aux pays du Sud -

En 2009, les pays riches ont promis de verser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 pour financer les politiques climatiques des pays en développement. Ces derniers exigent ensuite une progression de cette somme et plus de clarté sur les moyens d'y parvenir.

L'option proposée va clairement dans le sens des pays du Sud: cette enveloppe est un "plancher" et les pays développés présenteraient "périodiquement" des "objectifs quantifiés".

Par ailleurs, les pays développés ne veulent plus être seuls à payer et demandent une contribution aux pays comme la Chine, la Corée du sud, Singapour, les riches pays pétroliers...

La formule proposée est que cette contribution est "volontaire" et "complémentaire".

Vendredi 11 Décembre 2015 - 00:59

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter