Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Les pays du G8, y compris la Russie, exigent le départ de Kadhafi


Vendredi 27 Mai 2011 modifié le Samedi 28 Mai 2011 - 08:37

Les pays membres du G8, y compris la Russie, ont exigé vendredi le départ du leader libyen Mouammar Kadhafi du pouvoir, estimant qu'"il n'a aucun avenir dans une Libye démocratique et libre".




Les pays du G8, y compris la Russie, exigent le départ de Kadhafi
"M. Kadhafi et le gouvernement libyen ont failli à leur responsabilité de protéger la population libyenne et ont perdu toute légitimité. Il n'a aucun avenir dans une Libye démocratique et libre. Il doit partir", souligne le groupe des pays les plus industrialisés dans la déclaration finale de son 37-ème sommet annuel, tenu cette année à Deauville (nord-ouest de la France), sous la présidence française.

Les leaders des huit puissances mondiales (Etats-Unis, Russie, Canada, Japon, France, Grande-Bretagne, Allemagne et Italie) ont également exigé "l'arrêt immédiat de l'usage de la force contre les civils par les forces du régime libyen, ainsi que la cessation de toute incitation à l'hostilité et à la violence contre les populations civiles".

Ils ont pris note, à cet égard, des actions entreprises par les Etats membres des Nations unies pour mettre en oeuvre intégralement les résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité, autorisant une opération militaire en Libye pour protéger la population civile.

"Nous soulignons la nécessité que les responsables d'attaques contre les civils rendent des comptes. Ces actions criminelles ne resteront pas impunies", ont-ils déclaré.

Le groupe des Huit a, dans ce sens, accueilli "avec satisfaction" l'enquête menée par la Cour pénale internationale sur les crimes commis en Libye et pris note de la demande du Procureur général en date du 16 mai en vue de la délivrance de trois mandats d'arrêt.

Lors d'un entretien bilatéral, en marge du sommet, le président français Nicolas Sarkozy et son homologue américain Barack Obama ont fait part de leur convergence de vues sur les grands dossiers internationaux, en particulier celui de la Libye, en insistant sur la nécessité du départ de Kadhafi du pouvoir.

"Monsieur Kadhafi doit partir et les Libyens ont le droit à un avenir démocratique", a soutenu M. Sarkozy dans une déclaration à la presse, à l'issue de cet entretien.

"Nous sommes convenus que nous avons réalisé des progrès en ce qui concerne la campagne de Libye mais nous sommes convenus que la réalisation du mandat de l'ONU portant sur la protection des civils libyens ne pourra pas être complétée tant que Kadhafi cible ses armes contre les populations civiles sans protection", a souligné, de son cô té, le président américain.

Il a mis l'accent sur la détermination de Washington et de Paris "à conclure ce travail".

Pour sa part, la Russie, traditionnellement opposée à toute ingérence, a proposé, vendredi, sa médiation pour obtenir le départ du colonel Mouammar Kadhafi du pouvoir. Moscou considère que Kadhafi s'est privé de toute légitimité en tant que dirigeant de la Libye, d'où la nécessité de l'aider à partir, a déclaré le vice-ministre aux Affaires étrangères Sergueï Ryabkov, en marge du sommet du G8. La Russie, qui s'était abstenue lors du vote à l'ONU de la résolution 1973 autorisant une intervention militaire en Libye, refusait jusqu'à présent de soutenir les appels des Etats-Unis et de la France au départ du colonel Kadhafi.

La situation en Syrie a également été au menu du 37-ème sommet du G8 qui a appelé les dirigeants syriens à "cesser de recourir à la force et à l'intimidation contre leur peuple et à s'engager dans un dialogue et dans des réformes de fond en réponse à l'expression légitime des exigences du peuple syrien".

Sur le conflit israélo-palestinien, les pays du G8 se sont dits convaincus que les bouleversements "historiques" que connaît la région "rendent d'autant plus important son règlement, par la négociation", appelant "instamment les deux parties à engager sans délai des discussions approfondies afin de conclure un accord-cadre sur l'ensemble des questions relatives au statut final".


Vendredi 27 Mai 2011 - 22:05

Atlasinfo avec agences




Nouveau commentaire :
Twitter