Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Les parlementaires socialistes passent à l'offensive sur le droit de vote des étrangers


Mercredi 12 Décembre 2012 modifié le Mercredi 12 Décembre 2012 - 13:15




Les parlementaires socialistes passent à l'offensive sur le droit de vote des étrangers
Parti socialiste appelle les parlementaires à oublier les affrontements partisans pour favoriser l'adoption de la réforme permettant le droit de vote aux élections locales pour les étrangers non communautaires, promesse de François Hollande.

Cet engagement de campagne semble bloqué, faute pour la gauche de pouvoir réunir la majorité des trois cinquièmes des parlementaires réunis en Congrès, ce dont l'exécutif veut vérifier la faisabilité avant d'aller de l'avant.

Mais Harlem Désir, le premier secrétaire du PS, tente de rallier à sa cause des élus centristes et humanistes après que le groupe socialiste a demandé mardi, à l'unanimité, au gouvernement de relancer cette réforme d'ici l'été prochain.

"Tous les grands progrès collectifs ont été portés dans notre pays par des femmes et des hommes de bonne volonté, qui ont su faire prévaloir l'unité nationale sur les affrontements partisans", écrit-il dans une lettre adressée mercredi à tous les parlementaires.

Selon le chef de file du PS, "accorder le droit de vote aux étrangers est une arme pour lutter contre le repli identitaire et la fragmentation de la société comme de la Nation".

"Le droit de vote ne peut que renverser la tentation du refuge communautaire en étant une clé de l'intégration!", ajoute-t-il.

La réforme, qui nécessite une révision de la Constitution, est confrontée à un obstacle constitutionnel, le texte devant être soumis, pour son adoption définitive, à un référendum ou au Congrès réuni à Versailles.

François Hollande avait donc semblé l'enterrer à la mi-novembre en indiquant que le gouvernement ne déposerait un texte que "si la perspective de son adoption est réunie".

Le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a indiqué mercredi que l'exécutif n'avait pas changé d'avis.

Mercredi 12 Décembre 2012 - 13:10





Nouveau commentaire :
Twitter