Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Les noix, amandes et noisettes seraient bénéfiques pour faire diminuer le taux de cholestérol


Samedi 15 Mai 2010 modifié le Jeudi 20 Mai 2010 - 10:45

Une analyse de 25 essais cliniques révèle que la consommation de noix, d'amandes et de noisettes est liée à une amélioration du cholestérol.




Les noix, amandes et noisettes seraient bénéfiques pour faire diminuer le taux de cholestérol
Les chercheurs de cette étude parue dans les Archives of Internal Medicine soulignent que ces fruits à coques sont riches en protéines végétales, surtout en acides gras non saturés, en fibres, en minéraux, vitamines et autres composants comme des antioxydants.

"Dernièrement, la consommation de ces fruits fait l'objet d'un ensemble de recherches en raison de leurs capacités à faire baisser le cholestérol sanguin et réduire ainsi le risque de maladies cardiovasculaires", explique le Dr Joan Sabaté de l'Université Loma Linda en Californie (ouest).

Les données de ces 25 essais cliniques de consommation de ces aliments menés dans sept pays et auxquels ont participé 583 hommes et femmes ayant des taux élevés ou bas de cholestérol ont été analysées. Ces études ont comparé un groupe de contrôle de participants à un autre ayant consommé certaines quantités de noix, amandes et autres produits équivalents. Cependant, aucun des sujets de ces études ne prenait de médicaments anti-cholestérol, comme par exemple des statines.

Par ailleurs, les participants ont consommé en moyenne 67 grammes d'amandes, de noix ou autres fruits à coques similaires par jour, ce qui a été lié à une réduction de 5,1% en moyenne du taux total de cholestérol. Aussi, leur taux de cholestérol LDL (lipoprotéines de faible densité) appelé "mauvais cholestérol" a diminué de 7,4% en moyenne alors que la teneur en bon cholestérol ou HDL (lipoprotéines de haute densité) a augmenté de 8,3%.

D'autre part, les triglycérides, les graisses circulant dans le sang provenant surtout de l'assimilation des corps gras, des sucres et de l'alcool, ont diminué de 10,2% parmi les sujets qui en présentaient des niveaux très élevés (au moins 150 milligrammes/décilitre) mais moins chez ceux avec des teneurs plus basses.


Samedi 15 Mai 2010 - 17:15





Nouveau commentaire :
Twitter