Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Les maillots blancs et verts de l’équipe algérienne s’arrachent dans les magasins de sport en France (reportage)


Jeudi 8 Avril 2010 modifié le Jeudi 8 Avril 2010 - 14:50

C’est la folie autour de l’équipe algérienne de football. Depuis sa qualification pour le Mondial de juin en Afrique du Sud, les maillots blancs et verts des joueurs se vendent comme des petits paix dans les quartiers à forte fréquentation maghrébine, tels Barbès, Saint-Denis, Belleville, Grigny et autres quartiers et banlieues où l’ambiance du Mondial est déjà palpable.




Les maillots blancs et verts de l’équipe algérienne s’arrachent dans les magasins de sport en France (reportage)
Hier, en fin d’après-midi, les boutiques allongeant le grand boulevard de Grigny étaient en rupture de stock en l’espace de deux jours.. Et pour cause, les clients, principalement des Algériens mais aussi Marocains, Tunisiens et même Français, repartaient avec plusieurs maillots floqués du nom des joueurs Saïfi, Ghezzal, Mansouri et Ziani pour ne citer que les attaquants, confie à Atlasinfo , Hamza Barchaq, propriétaire marocain du magasin-sport

«‘’Nous proposons un maillot-Saïfi à 10 euros alors que les boutiques de grandes marques l’écoulent à 80 euros’’, reconnaît-il.

Norbert Dramelle, un fanatique du club de Nancy, ville dont il est originaire, semble enchanté par cette activité commerciale fiévreuse que dégage le Mondial. ‘’Ce ne sont pas uniquement les maillots qui cartonnent chez nous, c’est aussi les survêtements, parkas, casquettes, drapeaux blanc et vert, ballons, écharpes et autres articles exposés à des prix très abordables’’, se réjouit-il, avant d’ajouter ‘‘je ne vous cache pas que le maillot de l’Algérie marche mieux que celui de la France ou du Portugal. Le supporteur algérien le veut avant même de voir les résultats de son équipe, tandis que les supporters de France, par exemple, vont attendre, eux, que leur équipe soit dans le dernier carré de la compétition pour mettre la main dans la poche’’.

En face de lui, le marocain d’origine tangéroise, Khalid Annokri, est aux anges : ‘’A ce rythme de vente, la location du magasin devrait être rentabilisée en deux jours’’, plaisante-t-il, en sirotant sereinement son verre de thé à la menthe dans l’attente d’une nouvelle livraison de casquettes et de maillots floqués Saïfi et Ziani, les plus prisés selon lui.

De l’autre côté du boulevard, c’est une autre ambiance. Les vendeurs ont étalé soigneusement survêtements, casquettes, drapeaux vert et blanc et autres produits offerts à des prix sacrifiés aux jeunes qui saisissent l’opportunité pour évoquer, chacun à sa manière, les prouesses de son équipe et les bonnes prestations de tels ou tels joueurs.
Pour Larbi Ghali, ce jeune Kabyle de 25 ans, qui expose ses articles à ciel ouvert au prix de 8 euros imposant une véritable concurrence aux magasins du boulevard, ‘’l’Algérie arrive largement en tête en termes de commandes, devant des articles aux couleurs du Portugal, d’Espagne, et même des pays africains comme le Cameroun et la Côte d’Ivoire, eux aussi qualifié pour le Mondial de juin en Afrique du Sud

Pour les grandes marques, la joie est au paroxysme. ‘’On a écoulé plusieurs dizaines de milliers de pièces’’, s’enorgueillit un responsable marketing chez un grand équipementier qui habille aujourd’hui de blanc et de vert la sélection algérienne. Il y a donc un vrai engouement autour des articles glorifiant l’Algérie qui fait que les ventes dans les chaînes de magasins-sport en France, son en nette progression, pour un prix moyen se situant entre 75 et 100 euros, en fonction des articles.

Un commerce florissant qui devrait rapporter plusieurs millions d’euros d’ici début juin et peut être au-delà, si les Algériens arrivent à franchir le 1er tour, estime le fabricant qui sponsorise également le Cameroun et la Côte d’Ivoire.

La plupart des magasins, tels Go Sport, Foot Center, Foot Attitude et autres, sont en rupture de stock et demandent depuis un mois à être réapprovisionnés. ‘’Notre stock de plusieurs centaines de maillots a été épuisé dans plusieurs régions de France, notamment en Ile-de-France et dans les régions du Sud », se désole un responsable en charge du marketing de vente chez Go sport, qui entend multiplier le chiffre de vente par cinq d’ici à la fin de la Coupe du monde.

Et dire que l’industrie footballistique ne constitue pas un commerce florissant non moins important que l’industrie d’automobile ou celle des équipements ménagers. D’autant que l'enthousiasme populaire autour des équipes nationales de football est si extraordinaire qu'il devient pour plusieurs nations symbole d’histoire, de gloire et même d’appartenance.

Jeudi 8 Avril 2010 - 14:48

Anas Bachir




Nouveau commentaire :
Twitter